Rechercher
Rechercher

Liban - Déchets

« Non aux incinérateurs et aux décharges côtières, oui à un plan écologique »

Des centaines de militants se sont rassemblés hier place des Martyrs pour protester contre la politique des pouvoirs publics.

Place des Martyrs, des masques et des slogans pour dénoncer le recours à l’incinération et aux décharges côtières. Photo Marwan Assaf

Quelques centaines de militants de la Coalition pour la gestion des déchets, qui regroupe plusieurs associations écologiques et mouvements civils, ont observé hier un sit-in à la place Riad Solh, dans le centre-ville de Beyrouth, afin d’exprimer leur rejet de la nouvelle politique gouvernementale en matière de gestion des déchets. Cette politique, rappelons-le, consiste à agrandir dans l’immédiat les deux décharges côtières controversées de Costa Brava et Bourj Hammoud, et, à plus long terme, importer des incinérateurs sous l’appellation ambiguë de « Waste to Energy ».
 « Je m’appelle Marie, j’ai cinq ans, laissez-moi grandir en sécurité. » Les manifestants ont rivalisé de créativité pour faire passer leur message sur le danger que peuvent représenter des incinérateurs dans un pays au système aussi chaotique et aussi peu enclin au contrôle que celui du Liban. Une grande banderole avec le slogan « Non aux incinérateurs et aux décharges côtières, oui à un plan écologique pour la gestion des déchets » a été signé par les manifestants. Ceux-ci portaient des masques et certains se sont même déguisés en clowns pour dénoncer, de manière sarcastique, « les incinérateurs de la mort » …
Mais l’objectif de ce rassemblement n’était pas que de présenter au public des slogans. Les inquiétudes sont bien réelles, ainsi que l’a assuré Najat Saliba, professeure à l’AUB, à L'Orient-Le Jour. Elle a commencé par relever la contradiction entre la volonté affichée du gouvernement de favoriser le tri à la source et sa décision d’importer des incinérateurs. « Nos déchets sont à plus de 50 % organiques, c’est-à-dire humides, a-t-elle expliqué. Pour pouvoir les brûler, on aura besoin de les mélanger avec le carton, le papier, le plastique… donc les recyclables. » Elle s’est demandé comment le pays se dirige vers l’adoption de la technologie la plus difficile à manier, en l’absence de lois adaptées, d’infrastructures pour traiter les résidus toxiques de l’incinération et de laboratoires spécialisés.
Et la coalition ne compte pas seulement hausser le ton : comme l’a expliqué Nabiha Khalil, au nom du groupe, celui-ci a présenté un recours auprès du Conseil d’État, en janvier, contre la décision gouvernementale d’importer des incinérateurs et de préparer un cahier des charges à cette fin. La coalition a également envoyé de nombreux avertissements au conseil municipal de Beyrouth et au mohafez, leur faisant assumer la responsabilité d’importer un incinérateur pour la capitale, sur base desquels de futurs procès seront intentés.


Quelques centaines de militants de la Coalition pour la gestion des déchets, qui regroupe plusieurs associations écologiques et mouvements civils, ont observé hier un sit-in à la place Riad Solh, dans le centre-ville de Beyrouth, afin d’exprimer leur rejet de la nouvelle politique gouvernementale en matière de gestion des déchets. Cette politique, rappelons-le, consiste à agrandir dans...

commentaires (4)

Je ne comprends pas les libanais , ils veulent pas des incinérateurs, ici au nord de l Italie nous avons des incinérateurs et ça marche très bien . Nous faisons le tri et ils passent trois fois par semaine . Je n'ai pas compris importer des incinérateurs ? Le Liban est le sud de l'Italie, eux aussi ne veulent pas les incinérateurs......

Eleni Caridopoulou

20 h 16, le 17 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Je ne comprends pas les libanais , ils veulent pas des incinérateurs, ici au nord de l Italie nous avons des incinérateurs et ça marche très bien . Nous faisons le tri et ils passent trois fois par semaine . Je n'ai pas compris importer des incinérateurs ? Le Liban est le sud de l'Italie, eux aussi ne veulent pas les incinérateurs......

    Eleni Caridopoulou

    20 h 16, le 17 mai 2020

  • POUR CES ACHEVEMENTS IL FAUT DES CAPABLES ET DES CULTIVÉS ET NOS SOMMETS ET SOUS SOMMETS SONT DES INCAPABLES ET DES IGNORANTS ! S,ILS AVAIENT UNE GOUTTE D,AMOUR PROPRE ILS AURAIENT DEGAGÉ DEJA DEPUIS BELLE LURETTE ET TOUT SEULS !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 33, le 12 février 2018

  • sans encore chercher midi a 14 hrs.... a defaut de tri a la source- chez soit -IMPOSSIBLE - le tri dans des centres,la suite serait alors facile a appliquer, pt't meme exporter le produit du tri seul.?

    gaby sioufi

    11 h 11, le 12 février 2018

  • le contrat passe il y a de cela 25 ans avec sukleen est encore la seule solution LOGIQUE et applicable - POURVU que ses clauses soient executees , dont celle exigeant le triage.

    gaby sioufi

    10 h 57, le 12 février 2018

Retour en haut