X

Liban

Merhebi : « Le navire libanais fera naufrage si l’on continue à le surcharger »

Déplacés syriens
OLJ
23/01/2018

Le ministre d’État pour les Affaires des réfugiés, Mouïn Merhebi, a publié hier un communiqué dans lequel il fait une mise au point sur le drame des 17 clandestins syriens morts de froid il y a quelques jours à Masnaa du fait de la tempête de neige qui avait frappé la région. M. Merhebi s’est avant tout dit « très affecté par cette tragédie humaine ». « Il convient de rappeler que le Liban, qui compte 4 millions d’habitants et environ 2 millions de réfugiés et de déplacés, n’a plus la capacité d’accueillir davantage de déplacés en raison de la situation financière difficile dont souffrent les Libanais », a-t-il enchaîné. Le ministre d’État a mis en garde contre le risque de voir « le navire faire naufrage au cas où l’on continue à le surcharger ».
« Malheureusement, 58 % des familles des réfugiés syriens vivent avec moins de 2 dollars par jour et sont, par conséquent, incapables d’assurer les besoins essentiels à leur survie », a précisé M. Merhebi. Il a également noté que « 40 % des Libanais dans des régions lointaines vivent sous le seuil de pauvreté alors que ce sont ces régions qui accueillent la majorité écrasante des déplacés, ce qui rend la situation encore plus difficile ».
M. Merhebi a rappelé qu’aux postes frontaliers, seuls les « cas spéciaux » sont autorisés à entrer au Liban, depuis le durcissement des conditions d’accès pour les réfugiés. « Ces cas spéciaux regroupent les enfants de moins de 16 ans qui ont été séparés de leurs parents, les personnes handicapées qui comptent sur leurs familles et leurs proches déplacés au Liban pour les soutenir, les personnes qui ont besoin d’un traitement médical indisponible en Syrie et les personnes qui cherchent à voyager depuis le Liban vers d’autres pays », a précisé le communiqué.
Par ailleurs, 150 familles syriennes ont remis leurs cartes de réfugiés aux municipalités de Hasbaya et de Chebaa pour retourner dans leurs villages en Syrie, Beit Jenn et les fermes de Beit Jenn, selon l’agence al-Markaziya. D’ici à la fin du mois, 150 autres familles retourneront elles aussi dans ces villages.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué