Dernières Infos

Washington met Moscou en garde après une attaque chimique présumée en Syrie

AFP
22/01/2018

Les Etats-Unis ont critiqué lundi le manque d'influence de la Russie sur son allié syrien alors que le régime de Bachar el-Assad est accusé d'une nouvelle attaque chimique contre une enclave rebelle près de Damas.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 21 cas de suffocation, concernant notamment des enfants, ont été rapportés dans une ville de la Ghouta orientale, enclave rebelle assiégée à l'est de la capitale.

Washington, qui n'était pas en mesure lundi de confirmer les récentes allégations, a pointé du doigt l'obstruction russe aux tentatives d'enquêtes de l'ONU sur ces attaques chimiques présumées.
"Les civils sont tués et ce n'est pas acceptable", a réagi le secrétaire d'Etat adjoint Steve Goldstein.
"La Russie a échoué à débarrasser la Syrie d'armes chimiques et elle bloque les organisations (de prévention) des armes chimiques. Trop, c'est trop", a-t-il ajouté.
"On verra demain" (mardi) si les Etats-Unis portent ces dernières accusations devant le Conseil de sécurité, a poursuivi M. Goldstein.

La semaine dernière, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé le Conseil de sécurité à relancer les efforts pour punir les responsables d'attaques chimiques en Syrie, après les veto russes en novembre sur la poursuite des enquêtes internationales.

Les enquêteurs de l'ONU ont notamment accusé le régime d'être responsable d'une attaque au gaz sarin sur la localité de Khan Cheikhoun (nord-ouest) qui avait fait au moins 80 morts en avril 2017. Cette attaque avait poussé les Etats-Unis à lancer une attaque sans précédent contre une base aérienne en Syrie.

Le régime syrien avait déjà été accusé d'avoir perpétré des attaques chimiques contre des zones rebelles en 2013 avant de signer un accord américano-russe sur le démantèlement de l'arsenal chimique de la Syrie. Mais d'autres attaques meurtrières ont été rapportées en 2014 et 21015.
Washington a appelé la Russie à convaincre Bachar el-Assad de s'impliquer dans le processus de négociations avec les rebelles sous l'égide de l'ONU pour mettre fin à la guerre civile qui a fait plus de 340.000 morts depuis 2011. Mais Moscou s'est engagé avec l'Iran et la Turquie dans des discussions parallèles.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants