X

Liban

Douze à l’heure

Citoyen grognon
19/01/2018

On l’appelle l’autostrade Beyrouth-Jounieh. Mais elle n’a rien d’une autostrada italienne, ni même d’une autoroute française. Nous l’appellerons donc la route, considérant qu’elle mérite tout juste cette appellation. Et encore !
Prendre la route reliant Jounieh à Beyrouth, dans un sens ou dans un autre, est un cauchemar quotidien pour tous les automobilistes qui doivent emprunter ce tronçon aux heures de pointe, pour se rendre à leur travail ou pour rentrer chez eux. Cauchemar, vu les embouteillages monstres dans lesquels sont coincés les gens, tous les jours de la semaine, sans exception.

À cause des ralentissements causés par les commerces, des arrêts fréquents des minibus et des taxis-services, souvent au beau milieu d’une voie, des trop nombreux poids-lourds roulant à gauche. À cause bien entendu de la légendaire indiscipline des Libanais, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, voire leur ignorance du code routier. À cause surtout du manque de vision des autorités, qui n’ont pas su réhabiliter la voie ferrée, ni mettre en place un système convenable de transports en commun, ni même construire une nouvelle autoroute digne de ce nom.

Pare-choc contre pare-choc, lorsqu’ils ne se livrent pas à un slalom effréné, lorsqu’ils ne passent pas leurs nerfs sur le klaxon, les conducteurs résignés se distraient comme ils peuvent, écoutent les informations, un peu de musique, bavardent ou tapotent sur leur téléphone portable, et tant pis si c’est interdit. Par moments, on ne sait trop pourquoi, une voie se débloque, on roule mieux. Miracle !

Une heure et demie. C’est le temps moyen qu’il faut pour couvrir les 19 kilomètres qui séparent la capitale de Jounieh. Soit un peu plus de 12 km par heure. Aux heures de pointe bien entendu, périodes de fêtes et saison estivale exclues. Mais désormais, à toute heure du jour ou de la nuit, les automobilistes se retrouvent coincés dans d’inextricables encombrements, même durant la saison morte, lorsque les touristes sont retournés chez eux. Trop de voitures, diront certains. Infrastructure déplorable, diront d’autres. Que sont devenues les promesses de décentralisation, demanderont d’autres encore.

Les plus à plaindre ? Pas seulement les Beyrouthins ou les Jouniotes qui finissent tant bien que mal par s’accommoder de leur calvaire quotidien. Mais tous ceux qui vivent encore plus loin de la capitale, à Jbeil, Batroun, Tripoli ou en zone rurale et qui doivent obligatoirement emprunter le tronçon Beyrouth-Jounieh ou Jounieh-Beyrouth, pour gagner leur pain quotidien. Sans parler de ceux qui ne font que traverser ce tronçon, pour relier le Nord au Sud. La galère, quoi !

La comparaison s’impose avec des nations qui rivalisent d’ingéniosité pour développer leur infrastructure routière, histoire de rendre leurs routes plus fluides, plus sûres aussi. L’Argentine tire fierté de son autoroute de 140 mètres de large, baptisée « Avenida 9 de julio » à Buenos Aires. La Chine aussi de son autoroute à péage, large de 48 voies, non loin de Pékin. Sans parler de la célèbre Katy Freeway, au Texas, dotée elle de quelque 26 voies.

Face à ces géants, le Liban fait piètre figure. Il n’a pas même dépassé l’âge de pierre. Et se contente d’une seule voie qui relie le Nord au Sud. Une misérable voie, truffée de trous et d’obstacles, bordée de commerces. Bloquée en cas d’accidents, d’inondations, ou de travaux. Et que, par surcroît, les piétons ne cessent de traverser. Que d’ambition !

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Dans les années 1950, je prenais la "bosta" à Jounieh à 7h15, c'était avant la création de " l'austrad" comme l'appelait le chauffeur Brahim K., nous prenions évidemment l'ancienne route nationale Tripoli-Beyrouth, nous arrivions à Sahat-el-Borj à 7h45. Je continuais à pied jusqu'à l'Avenue des Français pour arriver à 8h à mon travail. Conclusion : 19 km en 30 minutes.

Saliba Nouhad

Les priorités de notre ministère de l'intérieur, c’est d'arrêter les voyageurs pour PV impayés, et de changer les plaques d’immatriculation pour raisons stupides qui cache encore une magouille...
Croyez-moi plus de 50% des causes d’embouteillages monstres sont des bouchons ou des goulots qui se forment régulièrement à au moins 30 ou 40 emplacements de commerces ou autres sur le trajet Beyrouth-Jounieh: arrêts sur 3ème et 4ème file...
Et je pense que ça ne coûterait pas une fortune de mettre 100 ou 200 agents de circulation aux points névralgiques renforcés d’agents des FSI pour appliquer le code de la route et punir les contrevenants!
Rouler à 30 ou 40 à l'heure serait plus acceptable!
Mais que dis-je, c’est prêcher dans le désert!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MADAME, C,EST CA NOTRE LIBAN ! L,HEBETUDE DES CHEFS SOUFFERTE AVEC SILENCE PAR LES CITOYENS... QUI GROGNENT SEULEMENT MAIS NE BOUGENT PAS !

Yves Prevost

Tout à fait d'accord! J'ai toujours été étonné devoir des panneaux qui, dans tous les pays du monde indiquent une sortie d'autoroute alors que, au Liban, il n'y en a aucune. Ce qu'in appelle pompeusement autostrade pourrait être appelé "route à grande vitesse" si, comme le signale l'auteur, celle-ci ne dépassait pas sur certains tronçons les 12km/h!
Il y a peu, un article publié dans les colonnes de l'Orient montrait la perte pour l'économie libanaise que constituaient les heures perdus dans les embouteillages. L'aménagement de transports en commun et d'un réseau routier digne de ce nom, sont des investissement rentables, même si ce n'est pas à court terme. Et c'est là que le bât blesse: un investissement à long terme (et ce qui est dit ici peut s'appliquer à toute l'infrastructure, électricité, eau...) n'est pas rentabilisé en termes de voix lors des élections. Or, le principal but d'un député n'est-il pas de se faire réélire?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué