Polémique

Rifi accuse les FSI de tentative d’agression contre l’un de ses gardes du corps

Le bureau de presse de l'ancien ministre Achraf Rifi a publié hier un communiqué dans lequel il dénonce une tentative d'agression contre l'un des gardes du corps de M. Rifi, Omar el-Baher. Selon le communiqué, le chef du département du Liban-Nord des services de renseignements des FSI, le colonel Mohammad Arab, aurait appelé mardi soir par téléphone un cousin de M. Rifi, le menaçant de « tirer une balle dans la tête de Omar el-Baher dès qu'il le croiserait ». « Une heure plus tard, la voiture de M. Baher avait reçu une balle à Tripoli », toujours selon le communiqué.
De son côté, le bureau de presse des FSI n'a pas tardé à répondre, dans un communiqué, à M. Rifi. « Une enquête a été ouverte sur-le-champ, mais M. Baher, qui a été appelé plusieurs fois à porter plainte, a refusé de le faire bien qu'il prétende avoir été victime d'une tentative d'assassinat. Les caméras de surveillance n'ont montré aucune preuve qui puisse confirmer les accusations faites par M. Baher », peut-on lire dans le communiqué.
Quant au communiqué publié par M. Rifi et dans lequel il accuse ouvertement le colonel Arab, les FSI estiment qu' « à la suite d'un commentaire publié sur Facebook par M. Baher et dans lequel il attaque M. Arab, le garde du corps de M. Rifi a eu peur des conséquences potentielles de ses propos et s'est précipité de monter de toutes pièces cette histoire qui s'est retournée contre lui, d'autant qu'il a refusé de porter plainte ». Les FSI se sont ensuite dit « étonnés du fait que M. Rifi, un ancien responsable sécuritaire, puisse s'impliquer dans cette affaire et prendre une position hâtive à ce sujet ».


Le bureau de presse de l'ancien ministre Achraf Rifi a publié hier un communiqué dans lequel il dénonce une tentative d'agression contre l'un des gardes du corps de M. Rifi, Omar el-Baher. Selon le communiqué, le chef du département du Liban-Nord des services de renseignements des FSI, le colonel Mohammad Arab, aurait appelé mardi soir par téléphone un cousin de M. Rifi, le menaçant...

commentaires (0)

Commentaires (0)