Dernières Infos

Recensement des migrants en France: il faut "sanctuariser" les centres d'hébergement (Eglise)

AFP
10/01/2018

L'Eglise catholique de France a estimé mercredi que les centres d'hébergement d'urgence "devraient être sanctuarisés", alors qu'une circulaire ministérielle française contestée permet le recensement des migrants qui s'y trouvent.

"Nous estimons que les centres d'hébergement d'urgence - de même que les écoles, les hôpitaux ou encore les lieux de culte - devraient être sanctuarisés, parce que ce sont les seuls lieux où ces gens peuvent avoir une protection", a déclaré le père Carlos Caetano, responsable de la pastorale des migrants à la Conférence des évêques de France (CEF).
"Il ne faut pas détourner l'hébergement d'urgence de sa vocation première: éviter que des personnes dorment dans la rue sans aucune protection et dans des conditions indignes", a-t-il ajouté.
"Si les agents de l'Etat viennent non pas pour apporter des informations mais pour faire de la sélection", les migrants "ne viendront plus" et "se retrouveront dans la rue", a-t-il averti.

Cette circulaire est contestée depuis fin 2017 par les associations d'aide aux migrants, qui s'inquiètent aussi de la future loi sur l'asile et l'immigration.

Le père Caetano s'exprimait lors de la présentation de la 104e journée mondiale du migrant et du réfugié, qui aura lieu dimanche.

A cette occasion, le président de la CEF, Mgr Georges Pontier, et deux évêques chargés du dossier, ont demandé aux responsables politiques d'"agir" pour que les mineurs isolés étrangers bénéficient de "la même protection que tout autre enfant privé de son milieu familial".
"J'invite tous les Français à plus de générosité", a lancé Mgr Pontier.

Les catholiques sont eux-mêmes appelés à "accroître leur engagement" en matière d'accueil. Selon le père Caetano, plus de 3.000 réfugiés ont été accueillis dans les diocèses français depuis l'appel lancé par le pape en septembre 2015.

Mercredi soir, une vingtaine d'associations françaises ont annoncé qu'elles allaient saisir jeudi le juge des référés du Conseil d'Etat (plus haute juridiction administrative française) pour obtenir la suspension de la circulaire ministérielle.

Dans un communiqué commun, les 26 associations plaignantes, notamment Emmaüs, le Secours catholique, Médecins sans frontières, la Fondation Abbé Pierre, estiment que cette circulaire du 12 décembre "autorise, sans base légale, des équipes relevant du ministère de l'Intérieur à pénétrer dans des centres d'hébergement protégés pour y réaliser des contrôles".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les matchs d’aujourd’hui

  • Angleterre
    Panama

    24/06

    15h00 (GMT+3)

  • Japon
    Sénégal

    24/06

    18h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Colombie

    24/06

    21h00 (GMT+3)

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué