X

La Dernière

Azzi et Osta rhabillent la Médicis pour le printemps

La Mode

Georges Azzi et Assaad Osta, établis stylistes sous leurs deux patronymes depuis 2010, s'étaient déjà distingués comme les surdoués de la promotion 2007-2008 d'Esmod Beyrouth. Alors que leur carrière s'envole, ils lancent pour le printemps-été 2018 une collection haute couture que Kendall Jenner a adorée.

10/01/2018

Pour la nouvelle saison haute couture, le duo de créateurs Azzi et Osta s'est donc inspiré de la vie de Marie de Médicis telle que dépeinte et peinte en un cycle de 21 tableaux commandés à Pierre Paul Rubens pour le palais du Luxembourg à Paris. La fille de François 1er de Médicis et de Jeanne de Navarre, née à Florence au palais Pitti, grandit orpheline de mère à 5 ans et de père à 12 ans. Grande, grasse, blanche, elle incarne les critères de beauté du XVIe siècle qui l'a vue naître. Épouse d'Henri IV, mère de Louis XIII, le Dauphin dont elle assure la régence à la mort du roi, et par la suite grand-mère de Louis XIV, les Parques qui dans le premier tableau du cycle de Rubens tissent son destin auront fort à faire tant celui-ci sera mouvementé. Le catholicisme rigoureux de Marie de Médicis n'entrave pas sa passion pour les arts qui fera d'elle une excellente dessinatrice et une importante mécène, adorant la musique, la littérature et la mode. C'est ce goût pour le vêtement, l'apparat et les textures opulentes qui a incité les deux créateurs libanais à revisiter sa garde-robe, réinterprétant le baroque cher à la reine à travers un prisme contemporain. D'une plongée en apnée dans l'Italie et la France du XVIe et du XVIIe siècle, ils ont ramené des silhouettes théâtrales, des volumes spectaculaires ainsi que des moires, des soies, des satins, des tulles et des broderies dans une palette de blanc, de violet, de rose et d'or, auxquelles la Médicis aurait sans aucun doute succombé. Traduite en coupes modernes et en formes conceptuelles, manipulée avec audace et marquée par les volumineux tourbillons chers au tandem, l'élégance baroque qui a contribué au prestige de la reine trouve sous les ciseaux d'Azzi et Osta une nouvelle jeunesse.

 

Une grand-mère couturière, une mère styliste
Ce n'est pas par hasard que Georges Azzi et Assaad Osta se sont rencontrés à Esmod Beyrouth. Tous deux nés en 1986, ils avaient déjà la passion de la couture dans le sang. Et si Azzi a passé son enfance à observer avec fascination le va-et-vient des tissus rythmé par le bruit obsédant de la machine de sa grand-mère, couturière, s'il a par la suite joué à créer des patchworks, assemblant des chutes de tissus en improbables œuvres d'art, Osta, quant à lui, a découvert son amour pour la mode auprès de sa mère, une perfectionniste qui cousait ses propres robes à la main. Tous deux s'inscrivent donc à Esmod en 2004 sans se connaître. Très vite, leur talent est repéré. En dernière année, leurs collections respectives de projets finaux sont couronnées. Georges Azzi reçoit le prix du président du jury qui est à ce moment-là Élie Saab, et Assaad Osta reçoit le prix du jury. Ensemble, ils rejoignent la maison Élie Saab en tant que designers assistants. Riches de cette expérience et de la formation reçue auprès du grand couturier, ils fondent leur propre enseigne sous leurs deux noms en 2010. Très vite aussi, ils se distinguent par un style singulier mis en valeur par des volumes insolites et un esprit vintage que l'on retrouve dans cette nouvelle collection printanière.

Cerise sur le gâteau, le 25 décembre dernier, lors de sa prestigieuse party annuelle de Noël, « l'incroyable » famille Kardashian/Jenner dont la vie est racontée au quotidien sur la chaîne E ! depuis 2007, a vu apparaître Kendall, la très belle mannequin et aînée des Jenner, habillée par Azzi et Osta d'un ensemble blanc composé d'un pantalon en satin à grand volant hélicoïdal et d'un haut en jersey de soie à col cheminée piqueté de broderies Renaissance. Pour ce label libanais qui n'a même pas huit ans d'existence, cela ressemble à une consécration.

 

 

Dans la même rubrique
Piquant et puissant

Youmna, une « gold girl » à Hong Kong

Chanel et les « marins qui n'ont pas pris l'eau »

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué