Sport

Murray déclare forfait, doutes pour l’Open d’Australie

Tennis
OLJ
03/01/2018 | 00h00

Le Britannique Andy Murray a déclaré forfait hier pour le tournoi de Brisbane, qui marque l'ouverture de la saison de tennis, laissant même planer le doute sur sa participation à l'Open d'Australie. L'ancien numéro un mondial est absent du circuit ATP depuis juillet dernier, souffrant de douleurs récalcitrantes à la hanche. La semaine dernière, Murray avait accepté de remplacer Novak Djokovic, lui aussi blessé, lors du tournoi exhibition d'Abou Dhabi. Il a joué seulement un set qu'il a perdu face à l'Espagnol Roberto Bautista (20e). Le Britannique, retombé à la 16e place mondiale, espérait faire son retour à Brisbane. Cette compétition, qui doit se poursuivre jusqu'au 7 janvier, a déjà dû faire face la semaine dernière au retrait du n° 1 mondial Rafael Nadal, qui ne s'estimait pas encore prêt pour reprendre la compétition. L'Espagnol de 31 ans a connu une saison 2017 harassante au cours de laquelle il a repris la place de numéro un mondial et remporté Roland-Garros et l'US Open, avant qu'une blessure à un genou ne le contraigne à abandonner lors du Masters de Londres le 14 novembre.
Source : AFP

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué