X

La Dernière

Mauvaises résolutions

Un peu plus
30/12/2017

Chaque fin de saison, on nous rabâche les oreilles avec les bonnes résolutions à prendre pour la nouvelle année : faire du sport ; commencer un régime, une cure de detox ; arrêter de perdre son temps en végétant devant la télé ; ne pas dépenser plus qu'on ne possède. Même le gouvernement américain propose, sur son site officiel, une liste des bonnes résolutions les plus populaires. C'est dire.

Personnellement, je n'ai pas envie de suivre cette coutume occidentale qui consiste à prendre des engagements envers moi-même pour améliorer mon comportement, mes habitudes, ou mon mode de vie (dixit Wikipedia). Je les aime, ces mauvaises habitudes. Ce mode de vie décousu où on sort tous les soirs pendant une semaine et on s'affale devant Netflix pendant un mois. J'aime bien passer 10 jours, comme une ado que je ne suis plus, à essayer d'unlock tous les mondes de Mario Odissey en me bousillant les pouces à force d'appuyer sur la manette comme une forcenée. Et honnêtement, je ne vais pas résilier mon nouvel abonnement à Amazon Prime : ils ont des séries mortelles.

Non, en 2018, je ne ferai pas/plus de sport. Je n'aime pas ça. Ça me saoule de mettre mon legging, mon soutien trop serré et mes baskets pour faire des planks de 30 secondes. Je déteste les planks! Comme je déteste les squats et les pros des fessiers, allongées à côté de moi dans cette salle de sport moite et surbondée. Je n'ai pas envie non plus de parler du nombre d'heures que je consacre à mon PT, et combien de kilomètres je cours le samedi matin. La compétition, pas pour moi.

À 18h, je suis généralement crevée et je n'ai pas envie de lever la jambe, ni de courir 45 minutes. À 18h, je suis obligée de faire semblant de comprendre les exercices de maths de mon fils. J'ai toujours été nulle en maths et il est hors de question que je refasse ma classe de 5e. Donc, non, je ne ferai pas étudier mon gamin comme toutes ces mamans modèles. Soit il se débrouille tout seul, soit il se débrouille tout seul.

Non, je n'arrêterai pas de fumer. Si c'est pour finir avec, au bec, une cigarette iQos à l'odeur nauséabonde et au goût fétide, non merci. Déjà qu'avec une vaporette, on n'avait pas l'air glam, là, on oublie. Je ne mangerai pas healthy non plus. Les chia seeds et les algues en guise de chips, ça va aller. Y a rien de meilleur qu'un bon Big Mac, des frites congelées et des chips Fantasia. Rien de meilleur qu'une cuillère de Nutella. Même en mangeant sain, on finira par mourir un jour. Autant le faire la panse heureuse.

Je n'arrêterai pas de boire non plus. Même si je ne suis pas une adepte de vodka on the rocks, j'avoue que je suis assez fan de ces cocktails à la mode que sont les gin basils et autres moscow mules. Et puis, être tipsy aide à supporter certaines soirées. Donc, je ne ferai plus d'efforts non plus en me coltinant des dînettes et sunset drinks où je n'ai pas envie d'aller. Je veux bien être sociable, mais j'arrête le social. J'ai assez d'amis (extraordinaires, cela dit...), je n'ai pas besoin d'en avoir d'autres. Pas besoin non plus de me faire de nouvelles connaissances. Ça ne sert à rien, si ce n'est se taper des small talks avec des gens qui finiront pas déblatérer à votre sujet, une fois le dos tourné.

Pas de pensée positive pour moi, non plus. Les petits downs sont très productifs et la pensée positive a tendance à rendre niais. Sérieusement, comment peut-on avoir une seule pensée positive quand on se fait arnaquer tous les jours par les politiques de notre pays ? C'est vrai qu'il est préférable d'en rire, c'est salutaire, mais le rire est souvent jaune. De la couleur de la pollution au-dessus de nos têtes. Et tant qu'à faire, je laisserai à après-demain ce que je peux faire aujourd'hui. Vive la paresse, vive Alexandre le Bienheureux.

Donc, non, je n'investirai pas dans un appartement au lieu de payer un loyer (particulièrement cher). Si c'est pour finir mes créances à 75 ans (encore faut-il pouvoir tenir jusque-là) et ne pas dormir des deux yeux en me demandant si je vais pouvoir aller jusqu'au bout, je n'en vois pas l'intérêt. D'ailleurs, on ne sait jamais quand va exploser la cocotte-minute sur laquelle on est assis. Je ne ferai pas d'économies non plus. Je préfère dépenser mon argent en voyages et en nouvelles expériences. Après, on verra weyn Allah 7atetna.

Bon, je vais quand même faire un peu d'exercice. Ça a le mérite de dégager le stress. Je vais être plus gentille, aussi. Enfin, tout du moins... essayer. Parce que je n'ai pas envie d'être parfaite en 2018. Il n'y a rien de plus beau que les imperfections.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE DENI EST UNE EPEE A DOUBLE TRANCHANTS !

NAUFAL SORAYA

Tout à fait!!!!

Comme ces résolutions ne sont souvent rien de plus que de bonnes intentions, qu'elles s'arrêtent là et que le chemin de l'enfer en est pavé...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué