X

Liban

Rendre Beyrouth plus verte, le pari de Green Cedar Lebanon

ENVIRONNEMENT

Près de 1 500 arbres seront plantés chaque année dans la capitale, jusqu'à atteindre le nombre de 10 452.

22/12/2017

Planter 10 452 arbres dans Beyrouth, soit la superficie du Liban, tel est le défi que se lancent Pascale Choueiri Saad et Lara Hanna Debs, fondatrices de l'association Green Cedar Lebanon. Leur but ?

Augmenter les espaces verts dans une ville où la pollution va crescendo. Le projet, parrainé par le Premier ministre Saad Hariri, a été officiellement lancé hier en sa présence au Grand Sérail. Était également présent Jamal Itani, président du conseil municipal de Beyrouth, qui a signé avec Green Cedar Lebanon l'accord pour la plantation des arbres. Le projet est aussi porté par Riad Salamé, gouverneur de la Banque du Liban, ainsi que par Edgar Chehab, responsable du programme « Environnement et énergie » du PNUD.

Saad Hariri a lui-même planté le premier arbre dans la cour orientale du Sérail. « Mon espoir est que cet arbre soit le commencement d'une future capitale verte », a-t-il déclaré dans son intervention, en encourageant la municipalité de Beyrouth à multiplier les campagnes de reboisement. Jamal Itani a ensuite exprimé son enthousiasme face à la coopération entre les secteurs public et privé dans l'optique « d'améliorer les conditions de vie dans le pays ». Une « opportunité précieuse », a-t-il dit. M. Itani a fait état de nombreux projets envisagés pour multiplier les espaces verts et améliorer les parcs existants.
« Nous devons rendre le Liban plus vert, plus vivable, ont expliqué Pascale Choueiri Saad et Lara Hanna Debs à L'Orient-Le Jour à l'issue de la cérémonie. Notre capitale est une ville qui bouge, où beaucoup de gens vivent et travaillent. Améliorer leur qualité de vie est un besoin urgent. »

 

(Lire aussi : Un bus écolo pour sensibiliser les élèves libanais à la gestion des déchets)

 

Rendre le Liban plus vert
Cet objectif fait partie de la campagne « Making Cities Green » (Rendre les villes vertes ») grâce à laquelle l'association entend « augmenter les espaces verts » afin d'améliorer la qualité de l'air et de l'environnement dans le pays du Cèdre. Dès 2018, 1 500 arbres seront ainsi plantés chaque année jusqu'à atteindre le nombre de 10 452, a expliqué Pascale Choueiri Saad dans son intervention. « Ce nombre est symbolique, il est important, soulève-t-elle. Il représente la superficie du Liban en mètres carrés, ce pays auquel nous tenons. Et c'est pour préserver notre Liban bien-aimé que nous lançons ce projet », ajoute-t-elle en expliquant que les arbres seront plantés dans des endroits déterminés avec la municipalité de Beyrouth, leur sélection se faisant en fonction de la spécificité des différents sites, de leur âge, taille, ou encore de leur méthode de soins et d'entretien. Les activités de plantation et de suivi seront réalisées par l'Association pour le développement et la conservation des forêts (AFDC) en coopération avec la municipalité de Beyrouth.

« Making Cities Green » n'est pas la première campagne de l'association. Lancée en 2007, celle-ci se donne en effet pour mission de répondre aux catastrophes écologiques qui frappent le pays du Cèdre depuis quelques années. L'association s'occupe à la fois des forêts fragilisées par des incendies, des violations urbaines, des carrières, mais aussi des décharges aléatoires qui éliminent graduellement des espaces verts à tous les coins du pays. Sensibilisation, lobbying, collectes de dons et de subventions afin de reboiser les zones détruites pas les incendies et augmenter les espaces verts, tout est donné, dans l'espoir d'atténuer l'impact de ces catastrophes. Un objectif que l'association entend bien atteindre au fil de projets comme celui-ci.

 

Pour mémoire

Bois des Pins : quel avenir pour le poumon vert de Beyrouth ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Le Liban est petit, et malheureusement je pense qu'il y a meme plus de voitures que d'arbres. Ce pays avec les merveillieux cedres, dans la neige, hauts dans les montagnes. Une petite erreur dans cet article c'est que 10,400 représente la superficie du Liban en KILO mètres carrés dans ma connaissance; et non pas en mètres carrés comme écrit dans l'article, c'est petit le Liban mais pas tellement petit que 10,400m2 c'est plutot 10,400km2. Cela étant dit, je suis content de voir cette bonne initiative de "Rendre les villes vertes".

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA SEULE POSSIBILITE QUI RESTE C,EST DE PEINDRE TOUS LES IMMEUBLES EN VERT !

Irene Said

"...Rendre Beyrouth plus verte..." en plantant des arbres...Ok !!!
...mais aussi en réduisant la construction d'immeubles dans des espaces verts déjà existants.
Donc, d'un côté on plante des arbres...avec une couverture médiatique bien orchestrée...de l'autre on abat les arbres déjà existants...pour construire des immeubles...bien plus rentables que des arbres...

Dans d'autres pays civilisés il existe une planification urbaine...chez nous il existe des comptes en banque qu'il faut absolument remplir, même au détriment du bien-être des citoyens...
Merci les RESPONSABLES !
Irène Saïd

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué