X

Liban

Un émissaire hongrois en tournée au Liban pour traiter le problème des réfugiés syriens « à la source »

Crise des réfugiés

En Orient, les minorités religieuses ont souffert plus que les autres, estime Péter Heltai.

15/12/2017

En visite officielle à Beyrouth jusqu'à demain samedi, Péter Heltai, ambassadeur de Hungary Helps, une structure étatique qui regroupe toutes les activités humanitaires de la Hongrie, effectue une tournée auprès des principaux bénéficiaires du programme d'aide mis en place par Budapest.

Un montant d'un million d'euros a été consacré par la Hongrie pour venir en aide aux réfugiés syriens au Liban et aux communautés d'accueil depuis le début de la crise syrienne. Ces aides, qui sont principalement adressées aux Églises syriaques catholique et orthodoxe, contribuent aux actions humanitaires entreprises par ces instances au niveau de l'éducation et des services de santé offerts aux réfugiés.

« Nous travaillons étroitement au Liban avec les Églises car nous pensons que l'aide directe peut être efficace et répondre aux besoins réels des populations ciblées, explique M. Heltai à L'Orient-Le Jour. Nous voulons les aider à trouver des solutions face aux défis du quotidien afin de pouvoir rester dans leur pays d'origine au lieu de le fuir. Nous pensons qu'il faut trouver des moyens de prévenir ces fuites qui sont à l'origine de la crise migratoire dans le monde. »
M. Heltai devait rencontrer hier le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, pour lui exposer l'avancée d'un projet de reconstruction et de rénovation d'une trentaine d'églises libanaises, dans le cadre de l'aide hongroise aux communautés hôtes.
« Musulmans et chrétiens ont souffert dans la région. Mais nous nous concentrons sur les minorités religieuses car elles sont victimes d'encore plus de discrimination et de persécution », estime le diplomate.

 

(Lire aussi : La communauté internationale met à l’épreuve Hariri et le Hezbollah)

 

« Traiter la crise à la source »
Péter Heltai précise par ailleurs que son pays n'a pas fermé ses frontières aux réfugiés, contrairement aux accusations de la communauté internationale, mais que la Hongrie croit en la nécessité de « traiter la crise à la source, et non pas avec des solutions à court terme ».
« Nous ne sommes pas en train de fermer nos frontières, mais nous pensons que nous avons le droit de les protéger ainsi que notre souveraineté. La Hongrie veut aider les réfugiés. Nous avons accordé le statut de réfugié à 800 personnes cette année », indique-t-il. « Nous pensons que si nous voulons donner des réponses durables à la crise des réfugiés, nous devons demander aux personnes issues des régions en crise de quoi elles ont besoin et comment on peut les aider à rester dans leur pays. La plupart de ces personnes ne veulent pas partir et exposer leurs enfants à un avenir incertain, estime M. Heltai. Il faut apprendre à connaître ces personnes et engager le dialogue avec elles pour comprendre leurs besoins. »
Péter Heltai part donc à la rencontre des organisations et des chefs religieux concernés par la donation hongroise, afin de pouvoir discerner les contours de la prochaine étape de l'aide. « Pour nous, le Liban est un allié sur le long terme et un pilier pour la stabilité de la région. Notre coopération avec le Liban est importante pour préserver la stabilité et la diversité du Moyen-Orient et parce que nous pensons que les communautés qui s'y trouvent traditionnellement doivent y rester », conclut-il.

 

Lire aussi

Un jeune réfugié syrien reçoit un prestigieux prix pour la construction d'une école dans la Békaa

Lazzarini à « L’OLJ » : L’avenir des réfugiés syriens sera dans leur pays

« Il est possible qu'un million de personnes rentrent chez elles en une semaine »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants