Moyen Orient et Monde

À Athènes, Erdogan ranime de vieux différends

Diplomatie
OLJ
08/12/2017

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a profité, hier, d'une visite historique en Grèce pour ranimer, sans grand succès, la discussion sur les vieux différends gréco-turcs et accuser de nouveau l'Europe de ne pas remplir ses promesses vis-à-vis d'Ankara dans le cadre du pacte UE-Ankara sur les réfugiés. Venu à Athènes pour la première visite en 65 ans d'un chef d'État turc, et avec la volonté affichée par les deux pays d'améliorer leurs relations, M. Erdogan a consacré une partie de sa rencontre avec le président Prokopis Pavlopoulos à formuler des doléances. Il a ainsi, entre autres, réitéré la demande d'une « mise à jour » du traité de Lausanne, signé par plusieurs pays en 1923 – dont la Grèce et la Turquie – et définissant des frontières en Europe et au Moyen-Orient. M. Pavlopoulos, l'un des meilleurs juristes grecs, ancien professeur à la faculté de droit d'Athènes, a rejeté poliment, mais fermement toute modification. M. Erdogan a enchaîné en déplorant que les droits de la minorité musulmane dans le nord-ouest de la Grèce, forte de 120 000 personnes, « ne soient pas respectés en vertu du traité de Lausanne ».

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué