X

Agenda

Yekwon Sunwoo : J’attrape au vol toute l’inspiration que votre capitale m’offre

Festival Beirut Chants

Le premier prix de la compétition Van Cliburn jouera ce soir à l'église Saint-Joseph de l'USJ*.

07/12/2017

Premier prix de plusieurs concours internationaux jusqu'à son triomphe, à 28 ans bien sonnés, à la prestigieuse compétition Van Cliburn en 2017, le coréen Yekwon Sunwoo a été applaudi dans les salles les plus redoutables, de New York à Tokyo, en passant par Paris, Londres et Séoul. C'est au tour de Beyrouth de lui faire honneur. Le festival Beirut Chants accueille ce jeudi 7 décembre à l'église Saint-Joseph à l'USJ le nouveau champion des touches d'ivoire. Par-delà une e-terview pour déblayer le chemin, oyez, oyez gens de bonne volonté, mais savourez surtout le chant unique de ce piano !

Quelle est la valeur ajoutée dans votre vie après l'obtention du prix Van Cliburn ?
Après avoir remporté le prix Van Cliburn, j'ai certes commencé à travailler avec des gens très importants et mon carnet de route pour les concerts était brusquement débordant. Mais le plus valorisant et le plus satisfaisant restent la découverte des lieux fabuleux de par le monde, l'acquisition d'une expérience nouvelle, et surtout la rencontre des gens de premier plan qui m'aident à me bonifier...

C'est votre premier voyage au Moyen- Orient ? Au Liban ? Avec quels sentiments abordez-vous ces rives ?
En effet, c'est mon premier voyage en Orient, et notamment à Beyrouth. J'arrive avec un sentiment d'enthousiasme et d'exaltation à la rencontre d'une des plus belles et anciennes villes au monde. C'est dommage que mon séjour soit si court ! Pourtant, j'attrape au vol toute l'inspiration que votre capitale m'offre...

Quelle est votre définition du piano ?
Le piano, pour moi, c'est transmettre et partager les émotions humaines d'une manière personnelle et individuelle.

Quels sont vos interprètes préférés au clavier ? Quels sont vos compositeurs de prédilection ?
Si je dois nommer les pianistes que j'aime écouter, ce serait Richard Goode avec qui j'ai étudié, mais aussi Radu Lupu, Krystian Zimerman, Murray Perahia, et la liste pourrait être bien longue. Quant aux compositeurs, ma préférence va à Schubert, et j'ai une propension particulière pour les compositeurs allemands et russes.

Qu'allez-vous jouer pour le public libanais ? Et pourquoi ce choix ?
J'interprète deux sonates et une valse. La première sonate est celle de Schubert en C mineur D958 et la Sonate N2 de Rachmaninoff (édition 1931) et je termine avec La Valse de Ravel. Comme Schubert est mon compositeur favori, je le programme toujours dans mes menus de concert. Et j'aime ici surtout le second mouvement qui résonne telle une prière. Schubert et Ravel sont sur mon dernier album gravé en août dernier chez Decca Gold Label. Ils permettent une expression incluant richesse de couleurs, diverses couches de sons et un grand éventail allant des frémissements de l'âme à la plus caressante des tendresses en passant par la fureur des passions et le ravissement des sens.

Qu'avez-vous à dire au public qui vous attend ici ?
Ces œuvres sont chères à mon cœur et parlent à mes émotions. Mon but est de les partager avec le public et de faire parvenir à tout l'auditoire cette palette de nuances et d'émotions. J'espère partager tout cela et que le joug des émotions soit à l'ordre du jour...

*Yekwon Sunwoo donne un récital de piano le 7 décembre 2017 à l'église Saint-Joseph (USJ) dans le cadre du festival Beirut Chants. À 20h, entrée libre.

À la une

Retour à la page "Agenda"

Dernières infos

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué