Dernières Infos

Grèce: incidents en marge d'une manifestation à la mémoire d'un lycéen tué par un policier

AFP
06/12/2017

Des dizaines de jeunes ont jeté des pierres contre des bâtiments et mis le feu à des poubelles mercredi à Athènes en marge de la manifestation annuelle à la mémoire d'un lycéen de 15 ans, tué par un policier en 2008.

Ces incidents ont eu lieu en fin matinée dans le centre-ville pendant près de deux heures, alors que des centaines d'élèves, étudiants et organisations de gauche, ont défilé pour marquer le neuvième anniversaire de la mort d'Alexis Grigoropoulos, tué par balle par un policier le 6 décembre 2008.

Ils surviennent alors que la police est sur le pied de guerre à Athènes à la veille d'une visite officielle de deux jours du président turc Recep Tayyip Erdogan. Des milliers de policiers ont été déployés pour garantir la sécurité, selon une source policière.

Des partis et des groupes de gauche prévoient une deuxième manifestation à Athènes mercredi soir pour commémorer la mort du lycéen, à l'origine à l'époque d'importants troubles urbains, qui avaient duré plusieurs semaines au début de la crise financière.

Les incidents de mercredi ont eu lieu au début du défilé des élèves avec une trentaine de jeunes qui ont commencé à jeter des pierres contre un peloton de forces anti-émeutes, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Les policiers ont riposté avec des gaz lacrymogènes avant de se déplacer dans les rues avoisinantes, selon des journalistes de l'AFP. Le groupe de jeunes a ensuite casser des plaques et des panneaux des rues du centre, qui était bouclé à la circulation.

Le policier, qui avait tiré sur Alexis Grigoropoulos à la suite d'une bataille de rue, Epaminondas Korkoneas, a été condamné à la prison à vie en 2010 après avoir été reconnu coupable d'homicide. Lors de son procès, il avait soutenu avoir fait des tirs de semonce pour faire reculer les jeunes qui lançaient des objets sur lui et son coéquipier.
Mais une des balles avait atteint le jeune homme à la poitrine, le tuant sur le coup. Le coéquipier du policier avait été condamné pour complicité à dix ans de prison mais a obtenu une libération conditionnelle en 2011.

Les incidents de mercredi arrivent alors que la police est sur le pied de guerre à Athènes à la veille d'une visite officielle de deux jours du président turc Recep Tayyip Erdogan. Des milliers de policiers ont été déployés pour garantir la sécurité, selon une source policière.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué