Dernières Infos

Plusieurs ministres s'expriment avant le Conseil des ministres

Liban
OLJ
05/12/2017

Plusieurs ministres se sont exprimés mardi avant le début du Conseil des ministres, au palais présidentiel de Baabda, au cours duquel sera examiné un texte réaffirmant l'attachement du Liban à la politique de distanciation à l'égard de conflits régionaux.

"Le texte qui nous a été envoyé hier soir est bon", a affirmé le ministre de l'Information, Melhem Riachi, l'un des ministres des Forces libanaises au sein du gouvernement, indiquant qu'il n'était pas décidé si c'est lui ou le Premier ministre Saad Hariri qui le rendra public.

Selon la chaîne locale LBCI, le texte, comportant cinq lignes, réaffirme également l'attachement de toutes les formations politiques représentées au gouvernement aux relations du Liban avec ses "frères arabes", ainsi qu'à la déclaration ministérielle.

"Le texte que nous avons examiné est acceptable", a déclaré de son côté le ministre FL des Affaires sociales, Pierre Bou Assi. Il a par ailleurs indiqué  qu'il ne pense qu'un remaniement ministériel sera opéré.

Ces dernières heures, les formations politiques mettaient la dernière main sur un texte politique après une série de concertations avec les principaux pôles politiques du pays afin de persuader M. Hariri de revenir définitivement sur sa démission, annoncée le 4 novembre dernier à Riyad, en Arabie saoudite. Le chef du gouvernement exige une politique de distanciation effective par rapport aux conflits régionaux, notamment en Syrie, où le Hezbollah, allié de l'Iran, soutient militairement le régime de Bachar el-Assad.

Le ministre d'Etat à la Planification, Michel Pharaon, a appelé "la formation qui ne respecte pas la déclaration ministérielle" à la respecter à nouveau, en référence au parti chiite. "Nous respectons la déclaration ministérielle", a rétorqué le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, l'un des deux représentants du Hezbollah au gouvernement.

"La stabilité politique passe par le retour de Saad Hariri à son poste de Premier ministre", a affirmé pour sa part le ministre d’État aux Affaires du Parlement, Ali Kanso, représentant le PSNS, proche de la Syrie. "Nous refusons de nous distancier du conflit avec Israël et le terrorisme", a-t-il ajouté. "Nous sommes attachés à l'accord de Taëf, ainsi qu'à des relations particulières avec la Syrie et bonnes avec les pays arabes", a-t-il ajouté.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La réconciliation Frangié-Geagea : une dimension morale et une convergence d’intérêts

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

N’oubliez pas les femmes

Commentaire de Anthony SAMRANI

Il y a le feu dans la maison Saoud

Un peu plus de Médéa AZOURI

Dans ma bulle

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué