Dernières Infos

Des portiques de sécurité américains livrés à l'Afghanistan pourrissent dans des hangars

AFP
01/12/2017

Des portiques de sécurité modernes livrés à grand frais par les Etats-Unis à l'Afghanistan pour que ce pays améliore la sécurité de ses frontières, n'ont en fait jamais été utilisés et pourrissent dans des hangars, selon un rapport publié vendredi.


En 2006, le commandement militaire américain central (CENTCOM) a acquis huit portiques de sécurité destinés à la détection de narcotiques, substances chimiques et autres produits interdits pour qu'ils soient utilisés sur des véhicules à l'aéroport de Kaboul et sur d'autres postes-frontières du pays.
Selon un rapport de l'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (SIGAR), John Sopko, cet équipement a coûté 62,6 millions de dollars, en tenant compte des portiques eux-mêmes, de leur entretien et de la formation du personnel afghan chargé de les utiliser.
Mais au cours d'une inspection menée cette année, le "SIGAR a découvert qu'un seul lieu, l'aéroport de Kaboul, utilisait selon l'usage prévu l'équipement acheté par CENTCOM", indique le rapport, qui ajoute qu'aucun autre portique n'était en usage ailleurs dans le pays.
Le rapport est illustré de photos de grands portiques métalliques, suffisamment hauts pour permettre le passage d'un poids-lourd. L'un d'eux paraît encore enveloppé dans son emballage d'origine, un autre est criblé de balles, deux autres apparaissent abandonnés, en pleine campagne.


"Notre inspection a montré qu'en dehors de Kaboul, l'équipement est tombé en panne aussitôt après le départ des conseillers, dès que l'équipement a été confié au gouvernement afghan", ajoute le rapport du SIGAR qui note que sans cet équipement, il est très difficile d'empêcher le trafic de drogue et la contrebande qui minent ce pays en guerre.


L'inspecteur général publie régulièrement des rapports dénonçant le gaspillage de fonds publics américains en Afghanistan. En juin, il avait révélé que le Pentagone avait gaspillé des millions de dollars en équipant les soldats afghans de treillis militaires verts foncés qui les rendaient plus visibles dans les montagnes arides du pays et faisaient d'eux des cibles faciles.
Parmi d'autres projets dénoncés par l'inspecteur, on trouve une tentative d'implantation en Afghanistan d'une espèce rare de chèvres cachemires blondes venues d'Italie pour diversifier l'agriculture ou encore une station-service équipée d'une coûteuse borne de ravitaillement en gaz naturel alors que très peu d'Afghans conduisent des voitures fonctionnant au gaz naturel.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.