Nos Lecteurs ont la Parole

Wa3ad ya Loubnan

Eddy TOHMÉ
OLJ
28/11/2017

Les Phalanges libanaises, il y a quelque sept décennies, avaient fait ce serment Wa3ad ya Loubnan (« nous te promettons, Liban ») et ils le tiennent toujours. Faire le serment de tout donner à la patrie, les Phalanges l'ont fait pour défendre une certaine idée du Liban avant même que le pays ne devienne indépendant. Et cette indépendance que l'on célèbre chaque année, c'est en partie à eux qu'on la doit. Depuis, que de partisans Kataëb sont tombés, que de sang a coulé pour que ce Liban auquel ils ont donné leur vie demeure libre à jamais. Les Phalanges ont manifesté en 1943, ils se sont battus sur les barricades en 1958, ils ont pris le camp fortifié de Tall el-Zaatar en 1976, ils se sont battus d'étage en étage au Holiday Inn et sur les cimes de Zaarour, ils ont tenu les bureaux dans le centre-ville en 1977, ils se sont battus avec un courage qui force l'admiration, ils ont tout donné pour que ce pays qu'ils ont juré de servir jusqu'au sacrifice ne disparaisse pas sous les coups de boutoirs des ennemis de l'entité libanaise. Mourir pour le Liban ne leur fait pas peur, ne leur a jamais fait peur, les légions de martyrs tombés en font foi, et ces jeunes qui aimaient follement la vie, que rien ne destinait au combat, ont su montrer au monde que s'ils savaient vivre ils savent aussi mourir. L'un d'entre eux est Pierre Gemayel dont on commémore le souvenir de l'assassinat en même temps que l'indépendance du pays que l'on doit en partie au grand-père de ce même Pierre Gemayel. Abattu lâchement, mort debout pour ces idées, le jeune chef phalangiste a rejoint les siens, tous ceux qui ont répondu à l'appel. Ils l'attendaient et les portes du paradis lui ont été grandes ouvertes, il y a trouvé de la parenté et cinq mille phalangistes pour l'accueillir... Demain, comme hier, le Liban réclamera d'autres martyrs, et demain comme hier les Kataëb répondront comme ils l'ont toujours fait : « Labbayka ya Loubnan », « prêt à répondre à ton appel mon Liban », leur façon d'honorer un serment fait il y a des dizaines d'années, Wa3ad ya Loubnan.

Lire aussi à la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.