X

Liban

Le comédien Ziad Itani arrêté pour collaboration avec Israël

Sécurité de l’État
OLJ
25/11/2017

Ziad Itani, comédien, metteur en scène et auteur libanais de pièces de théâtre, a été arrêté jeudi pour collaboration avec Israël, a-t-on appris hier. Interrogé par le département de la Sécurité de l'État, il a avoué avoir activement surveillé des personnalités politiques pour le compte d'Israël.

Dans un communiqué publié hier soir, la Sécurité de l'État a indiqué que M. Itani, 42 ans, a admis avoir « surveillé un groupe de personnalités politiques de haut rang « en se rapprochant de certains de leurs proches, afin de récolter le plus d'informations possible, notamment sur leurs déplacements ». Le dramaturge a également reconnu avoir fourni de « nombreuses » informations, notamment sur « deux personnalités politiques importantes », dont le service de sécurité indique qu'il révélera l'identité « plus tard ». M. Itani aurait rédigé des rapports sur la réaction des Libanais « après les événements survenus ces deux dernières semaines », souligne en outre le communiqué, en référence à la crise née de l'annonce de la démission du Premier ministre Saad Hariri à Riyad, le 4 novembre.

 

(Lire aussi : Un responsable israélien aux Libanais : "Ne laissez pas l'Iran vous priver d'indépendance")

 

Selon la chaîne télévisée al-Jadeed, M. Itani aurait avoué avoir eu des contacts en Turquie avec une femme officier israélienne, qui lui a demandé des informations pouvant servir à la planification d'attentats visant le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, et l'ancien ministre Abdel Rahim Mrad. Toujours selon al-Jadeed, l'artiste aurait également reconnu avoir reçu un transfert de fonds de la part de cette femme qui devait le retrouver au Liban après s'être munie d'un passeport étranger. Des sources interrogées par la chaîne MTV rapportent dans ce cadre que ladite femme comptait séjourner dans un grand hôtel du Metn, indiquant par ailleurs que les relations entre M. Itani et des parties israéliennes remontent à 2014.

Les informations liées à l'arrestation de M. Itani ont enflammé hier les réseaux sociaux, certains internautes refusant de croire aux accusations portées contre lui, et d'autres, au contraire, lui collant le label d'agent.
La veille de son interpellation, à l'occasion de la fête de l'Indépendance, M. Itani avait publié sur sa page Facebook un poème dans lequel il regrette « l'époque qui a suivi l'indépendance, au moment où les institutions et l'État fonctionnaient », fustigeant « le suivisme et le partage de parts qui sévissent actuellement ».
En 2016, l'artiste avait joué un spectacle intitulé Beyrouth faouk al-chajarah (Beyrouth sur l'arbre). L'année précédente, il avait fait un tabac avec une autre pièce, Tarik Jdidé, du nom d'un quartier de Beyrouth. Il a également fait de courtes apparitions dans l'émission comique B.B.Chi, diffusée sur la chaîne LBCI.

 

Pour mémoire
Deux Syriens arrêtés au Liban pour collaboration avec Israël

Une femme arrêtée dans le Metn pour collaboration avec Israël

Joumblatt s'emploie à défendre un cadre du PSP arrêté dans une affaire de collaboration avec Israël

Après 3 heures au tribunal militaire, Ziad Doueiri bénéficie d'un non-lieu

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.