X

Liban

Comment le Hezbollah a réussi à détourner les regards du véritable enjeu...

Éclairage
14/11/2017

Des forces politiques au sein du 8 Mars ont réussi à détourner la démission du Premier ministre Saad Hariri de son objectif initial en se focalisant sur la forme de cet acte. M. Hariri serait ainsi, selon le 8 Mars, assigné à résidence en Arabie saoudite et s'exprimerait donc sous la contrainte. Le problème de fond à l'origine de la démission a été sciemment écarté. Par une manipulation habile, qui n'a rien à envier à la perversion, le Hezbollah et ses alliés ont pu substituer le thème du « retour du Premier ministre-otage de l'Arabie » à la revendication de distanciation du Liban vis-à-vis de la politique des axes, qui se trouvait au cœur de la démission du Premier ministre. Sur base de cette manipulation, le régime s'est mobilisé pour que tous les efforts internationaux convergent sur la « libération » de M. Hariri, plutôt que sur le problème essentiel, les armes du Hezbollah. L'Arabie saoudite a donc été tenue pour responsable d'une agression contre le Liban par le biais des pressions qu'elle exercerait sur le Premier ministre, et, partant, d'une ingérence flagrante dans les affaires intérieures du Liban, doublée d'un camouflet à la dignité des Libanais.
Aucun effort n'a été épargné par la machine médiatique du Hezbollah pour créer des scénarios autour de l'arrestation de M. Hariri pour implication dans des affaires de corruption, ou encore d'un alignement saoudo-israélien en vue d'une agression contre le Liban. Toutes ces allégations ont été démenties par la prestation télévisée du Premier ministre dimanche soir. Ce dernier a promis de retourner au Liban dans les prochains jours, recadrant le débat dans son contexte initial : l'ingérence du Hezbollah dans les affaires arabes, par le biais des équipées militaires du Hezbollah en Syrie, en Irak, au Yémen, au Bahreïn, au Koweït, en Égypte, et même dans certains pays occidentaux. C'est là le problème qui est à l'origine de sa démission. De plus, M. Hariri a reproché au Hezbollah d'avoir fait main basse sur le compromis qui a mené à l'élection de Michel Aoun à la présidence de la République, le 31 octobre 2016, pour imposer ses desiderata au pouvoir libanais, notamment concernant la normalisation avec le régime Assad, en dépit du fait que le discours d'investiture du président Aoun avait mis en exergue la nécessité pour le Liban de se tenir à l'écart des conflits régionaux et de sanctuariser la scène libanaise par le biais de la politique de distanciation.
Le choc positif voulu par M. Hariri pour rééquilibrer le compromis s'est donc transformé, grâce aux artifices du Hezbollah, en carte de pression sur l'Arabie – voire même en offensive organisée contre Riyad. Pourtant, des services de renseignements occidentaux ont bel et bien informé l'entourage de M. Hariri qu'une tentative d'assassinat était en préparation contre lui, d'où sa présence à Riyad, afin d'éviter un nouveau 14 février 2005, date de l'attentat à la voiture piégée qui avait coûté la vie à son père à Beyrouth. Le Premier ministre a bien dit dimanche que son appareil sécuritaire avait été victime de percées sécuritaires et qu'il œuvrait à le reconstituer.
Au final, le Hezbollah a donc renforcé encore plus son emprise sur l'exécutif, en hypothéquant totalement le compromis présidentiel, puisqu'il a réussi à imposer sa version des faits par le biais de ses organes d'information. Le régime s'est donc encore plus éloigné, à travers cet épisode, de la distanciation, en adoptant pleinement la version d'un axe bien précis.
Pour l'heure, Saad Hariri reste attaché à sa démission et au compromis politique, le retour à la politique de distanciation étant le seul élément à même de changer la donne. Le Premier ministre serait ainsi en train de tirer la sonnette d'alarme et de proposer une solution à la crise libanaise, qui ouvrirait la voie à un retrait par le Hezbollah de ses troupes de Syrie, où une solution politique se met en place sous les hospices de Moscou et Washington. Des sources proches de Baabda indiquent dans ce cadre que le président Aoun est attaché aussi bien au compromis qu'à Saad Hariri et qu'il est possible d'œuvrer de concert pour rectifier le cours du compromis sur des bases claires, avec un retour à l'esprit de la déclaration de Baabda et à la neutralité du Liban.
Un retour au calme et à la normale se préciserait donc dans les prochains jours, loin des conflits extérieurs, avec la réapparition au Liban de Saad Hariri, en vue de préparer les prochaines législatives.

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

OH combien il est facile au hezb de detourner l'attention etc....
OH combien il lui a tjrs ete TRES facile de sortir gagnant de n'importe quelle bataille inter-libanaise .
observons un peu l'etat ds lequel se debattent - plutot l'etat de MANQUE de reaction pertinente , conjuguee des anti Hezb.
avec juste raison puisque leur chef -sequestre ou pas- ne fait plus parti des anti hezb, geagea non plus, puisqu'ils choisi la startegie du hezb a commencer par aoun president .

Eleni Caridopoulou

Ce que je crains c'est que les attentats vont reprendre en éliminant tous les chefs avec l'aide de Hitler le Syrien , les Ayattollahs d'Iran et le Hezbollah de Nasrallah

Chady

Ce que vous dénoncez que cela soit vrai ou pas n’a rien de nouveau en soit et ne justifie pas la demission de Hariri a partir de l’arabie saoudite.
Quant aux menaces qui peseraient sur sa vie, ou sont les preuves? Apparemment, si détournement des réalités il y a, alors celle ci n’a pas lieu que dans un sens.
Enfin pour une fois nous avons un gouvernement “fort”, puisque parait-il ce dernier applique la politique d’un seul axe bien précis. Si tel est le cas, seul apres la faillite de cet axe, politiquement, economiquement, socialement, un nouvel axe émergera et cela se fera grâce au peuple et par le peuple. Le scénario aurait été celui d’une demission de Hariri, suite au mecontentement populaire et des manifestations dans les rues, au lieu de quoi il a lieu a la surprise generale, alors que les tensions etaient au plus bas, et a peine quelques mois avant les legislatives qui théoriquement auraient pu aboutir aux souhaits du président Hariri s’il remportait une victioire.
Allez donc m’expliquer la manière et le timing, étant donné ce contexte. La seule explication possible, c’est que la démission a eut lieu sous la pression d’une partie extérieure, au détriment du Liban, la preuve apres le choc que cet événement a causé, les gens se sont finalement dit que c’est pas si grave que ca, et après avoir avaler la pilule, voilà que les tensions reprennent de plus belle, avec les sujets les plus a même de creer des divisions qui ressurgissent au premier plan.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL A ESSAYE PAR DE FAUSSES RUMEURS ET LA HAINE AIDANT A BRASSER UNE FAUSSE IMAGE DE CE QUI SE PASSE... MAIS LA VERITE NE PEUT PAS ETRE CACHEE PAR LES VOILES DE LA MALVERSATION FANATIQUE ET HAINEUSE... ELLE BRILLE TOUJOURS !

Wlik Sanferlou

Détournement similaire aux d' illusioniste que le hezb s est habitué à nous servir

Bery tus

Is ont su détourner que ceux qui ont bien voulu y croire c’est tellement pernicieux ... il reste que dans se dossier l’unique porte de secours c’est de se mettre à table et de parler sur la stratégie défensive et les armes non etatique

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.