X

Moyen Orient et Monde

#WeNeedToTalk, le hashtag de la colère des jeunes Égyptiens

Répression
10/11/2017

Alors que se tient en Égypte la 5e édition du Forum mondial de la jeunesse (World Youth Forum), lancé et sponsorisé cette année par le régime du président Abdel Fattah al-Sissi, le slogan promotionnel de l'événement « We Need To Talk » a été détourné par de nombreux activistes et journalistes sur les réseaux sociaux. L'occasion pour ces derniers de dénoncer les exactions commises par le régime, et d'alerter l'opinion internationale sur les atteintes croissantes aux libertés.

Organisé à Charm-el Cheikh du 4 au 11 novembre, le World Young Forum 2017 vise à diffuser « un message de paix, de progrès et de prospérité » à travers la jeunesse du monde entier. L'événement a rassemblé 3 000 jeunes de 86 nationalités différentes, venus partager leur expertise dans des domaines tels que le développement durable, l'entrepreneuriat, la culture ou encore la technologie.

Officiellement, l'organisation du forum en terre égyptienne vise à favoriser le dialogue entre le gouvernement de Sissi et la jeunesse du pays (les jeunes de 15 à 34 ans représentant 34,6 % de la population de l'Égypte). Officieusement, l'événement fait partie d'une stratégie de communication bien rodée en faveur du président, ce dernier souhaitant non seulement reconquérir cet électorat, mais également diffuser une image positive du régime à l'approche de l'élection présidentielle, prévue pour le premier semestre de 2018.

« Ce forum, tout comme d'autres événements similaires, est d'abord organisé dans un but de propagande par et pour le régime de Sissi. Je n'en attends rien de concret ni de positif », explique à L'Orient-Le Jour Hossam el-Hamalawy, journaliste et blogueur égyptien.

 

(Lire aussi : En Égypte, les artistes sous la férule de l’État)

 

Tortures dans les prisons
Le slogan « We Need To Talk » (« Il faut qu'on parle »), lancé dans la vidéo promotionnelle du forum, visait à attirer l'attention de la communauté internationale sur des enjeux mondiaux tels que la santé, l'accès à l'éducation ou la liberté d'expression. La vidéo a déjà été visionnée plus de 7 millions de fois sur YouTube. Cependant, de nombreux activistes et journalistes égyptiens se sont saisis de l'occasion pour détourner le slogan « We Need To Talk » en hashtag, et pointer du doigt les réels problèmes qu'affronte la jeunesse égyptienne au quotidien. « #WeNeedToTalk de la torture dans les prisons et postes de police, ainsi que du manque de soins médicaux pour les prisonniers en Égypte », a ainsi écrit l'activiste Radwa Medhat sur son compte Twitter. « #WeNeedToTalk du fait de ne laisser à personne la possibilité de s'exprimer, à l'exception des partisans du régime qui font l'éloge de ses faux progrès et exploits », pouvait-on également lire sur un autre compte.

Le hashtag a été massivement relayé sur Twitter, accompagné de portraits de jeunes journalistes disparus ou retenus en prison, et de photos de manifestants violemment interpellés par des forces de l'ordre.
« Sissi s'est retrouvé sur la sellette en imposant une politique de répression constante, où toute critique publique du gouvernement demeure bannie, dans les faits », a réagi Human Rights Watch, dont les activistes ont été interdits d'entrée dans le pays en 2014. « Ce hashtag a d'abord été lancé par les organisateurs du forum. Nous, nous avons décidé de parler des réels problèmes auxquels font face les jeunes Égyptiens, qui ne sont pas représentés au forum car ils sont soit en prison, soit décédés, soit trop effrayés pour prendre la parole, tout cela à cause des services de sécurité de Sissi », témoignait Hossam el-Hamalawy.

Les jeunes Égyptiens représenteront un électorat de poids lors de l'élection présidentielle qui devrait se dérouler entre février et mai prochain. Une partie d'entre eux sont clairement déçus et amers, à tel point que leur reconquête par Sissi et son gouvernement semble loin d'être gagnée.

 

 

Lire aussi

La France apporte un soutien appuyé à l’Égypte

Egypte: 5 ans de prison confirmés pour une figure de la révolution

Egypte: un militant des droits de l'Homme lance sa campagne présidentielle

Lire aussi à la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

Les obligations de la classe politique libanaise

Décryptage de Scarlett HADDAD

La récente crise a renforcé les liens entre les responsables...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.