X

Liban

Mgr Yazigi : Face aux défis, nous devons rester unis pour le bien du Liban et de la région

Communautés

Le patriarche grec-orthodoxe, qui a pris part aux travaux de la conférence « In Defense of Christians », martèle de New York que les chrétiens sont « à la recherche de la paix en Syrie, au Liban et dans tout le Moyen-Orient ».

06/11/2017

À la recherche d'un soutien américain et international pour la protection des chrétiens du Liban, de Syrie et du Moyen-Orient, le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche, Jean X (Youhanna Yazigi) a pris son bâton de pèlerin pour participer, aux côtés de nombreux cardinaux et évêques, au quatrième congrès In Defense of Christians (IDC), qui s'est tenu la semaine dernière à Washington.

Arrivé à New York, il a rencontré jeudi au Palais de verre le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avec lequel il a soulevé la question des chrétiens d'Orient, le sort des deux évêques – Mgr Paul Yazigi (son frère), métropolite d'Alep pour les grecs-orthodoxes, et Youhanna Ibrahim, métropolite d'Alep pour les syriaques-orthodoxes, enlevés en Syrie en avril 2013 –, ainsi que l'épineux dossier des réfugiés. Il a ensuite rencontré la communauté libanaise à la résidence du consul du Liban à New York, Majdi Ramadan.
Avec le secrétaire général de l'ONU, le patriarche Yazigi affirme « avoir eu une intéressante rencontre » qui a porté sur « des questions importantes relatives au Liban, à la Syrie et à l'ensemble des pays de la région ». « Nous avons exprimé nos préoccupations au sujet de la situation des chrétiens d'Orient, des réfugiés et du sort des deux prélats, a déclaré Jean X à L'Orient-Le Jour. Nous prions pour qu'ils soient en paix et pour qu'ils reviennent dans leur paroisse et leurs églises en bonne santé. » Et de poursuivre : « Dans la capitale fédérale, lors du congrès de l'IDC, nous avons eu des discussions sur les mêmes thèmes. Nous sommes à la recherche de la paix en Syrie, au Liban et dans tout le Moyen-Orient. Nous encourageons nos peuples à rester dans leurs pays respectifs. »

« Embrasser la diversité »

Le consul du Liban à New York et son épouse Vanessa ont organisé une rencontre avec la communauté libanaise venue « écouter » le patriarche Yazigi. Dans ses « brèves remarques », Majdi Ramadan a rappelé le rôle clair joué par l'Église dans la création de l'État libanais ainsi que son rôle auprès de la diaspora aux États-Unis pour préserver l'identité libanaise. « Tout au long de mes visites dans le nord-est des États-Unis, j'ai pu constater le rôle important que jouent nos églises dans le maintien des nos traditions, de nos valeurs et de notre identité », a-t-il relevé. Et de noter avec force : « Notre Orient est le berceau du christianisme. Le Liban, tout comme les autres pays de la région, est témoin de la présence du Christ. Notre Orient a donné naissance au christianisme. Sans les chrétiens d'Orient, le christianisme régressera dans le monde entier. »
Le consul a estimé qu'« au Liban, les chrétiens façonnent la vie sociale et jouent un rôle essentiel dans l'économie du pays ». « Le peuple libanais, toutes communautés confondues, comprend l'importance de sauvegarder le christianisme au Liban et dans tout le Moyen-Orient, a-t-il poursuivi. En tant que libanais, notre message est celui de la paix et de la tolérance. Que ce soit au Moyen-Orient ou dans le monde, notre rôle est de rejeter la violence et l'extrémisme, et d'embrasser la diversité. »

« Donnez-nous la paix »

Répondant au mot de bienvenue du consul général du Liban, le patriarche Yazigi a relevé l'importance de la présence des chrétiens au Liban et dans toute la région. « Chrétiens et musulmans vivent en harmonie comme une seule famille unie, a-t-il affirmé. En dépit des difficultés que nous rencontrons, nous sommes sûrs que ce sont les mêmes bases qui nous unissent, plus particulièrement durant ces moments difficiles et durs que traversent le Liban et la région. Nous devons rester unis face aux défis auxquels nous sommes exposés pour le bien du Liban et de la région. Ceci est notre devoir collectif. »
Le patriarche d'Antioche a exhorté la diaspora libanaise à conserver ses liens et son attachement au Liban et à « nos familles ». Il a insisté pour que les Libanais éparpillés dans le monde « restent attachés à l'héritage, aux traditions, aux valeurs, aux principes et à la culture de la région ». « Cette lumière transmise de génération en génération est notre identité, notre héritage et nos valeurs, a-t-il insisté. Nous avons un grand rôle à jouer dans cet objectif. Vous êtes le lien entre l'Occident et l'Orient pour cette union autour des mêmes valeurs humaines. »
Et le patriarche Yazigi de conclure : « Nous payons sans aucun doute un prix cher dans les conditions politiques et militaires que nous traversons. Nous sommes les fils de la paix. Donnez-nous la paix pour pouvoir résoudre les problèmes qui bouillonnent dans la région. »


Pour mémoire

La crise syrienne au centre de la première journée du congrès « In Defense of Christians »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué