Dernières Infos

Israël : Lieberman veut la grâce d'un soldat ayant achevé un Palestinien

AFP
05/11/2017

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a recommandé dimanche au président Reuven Rivlin d'accepter la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol.

Elor Azaria, qui a terminé son service militaire en Israël en juillet, a demandé le 19 octobre au président de l'Etat hébreu de le gracier.

"Je voudrais vous demander d'accepter sa requête et de lui accorder une grâce pour le reste de sa peine de prison", a écrit le ministre de la Défense dans sa lettre au président. "Il est temps de mettre un terme à cette affaire qui a secoué la société israélienne et de montrer de la pitié pour ce soldat", a ajouté M. Lieberman, connu dans le passé pour ses diatribes anti-arabes.

Le président israélien, actuellement en déplacement, a fait savoir qu'il se prononcerait à son retour. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est déjà exprimé en faveur d'une grâce.

Membre d'une unité paramédicale, le soldat franco-israélien avait été filmé le 24 mars 2016 alors qu'il tirait une balle dans la tête d'Abdel Fattah al-Sharif à Hébron en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par depuis 50 ans par Israël. Le Palestinien venait d'attaquer des soldats au couteau. Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d'état de nuire quand Elor Azaria l'a achevé. La vidéo s'était propagée sur les réseaux sociaux. Elor Azaria n'a jamais exprimé de remords.

Lors d'un procès qui avait profondément divisé ses compatriotes, il avait affirmé avoir craint pour ses camarades qu'Abdel Fattah al-Sharif ne dissimule une ceinture d'explosifs sous ses vêtements, mais les juges avaient rejeté cette théorie, le condamnant à 18 mois de prison pour "homicide volontaire".

Fin septembre, le chef d'état-major de l'armée, le général Gadi Eisenkot, avait réduit de quatre mois la peine, utilisant d'une de ses prérogatives dans le système de justice militaire israélien. Amnesty international a dénoncé une peine "qui ne reflète pas la gravité" des faits commis par cet ancien soldat tandis qu'un comité de l'ONU la qualifiait "d'inacceptable" pour "ce qui "paraît être une exécution extra-judiciaire".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants