Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Le Pakistan confirme la mort de deux Chinois kidnappés au printemps

Le ministère des Affaires étrangères du Pakistan a confirmé lundi la mort de deux Chinois kidnappés en mai à Quetta, dans le sud-ouest du pays, quatre mois après que le groupe Etat islamique (EI) eut affirmé les avoir tués.

Les victimes, un homme et une femme, avaient été enlevées en mai dans la capitale du Balouchistan, une province instable qui doit accueillir dans les prochaines années un vaste projet d'infrastructures, le Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC).

Trois hommes les avaient forcés à monter dans une voiture, tandis qu'une autre Chinoise avait réussi à s'échapper, selon des témoins.
"Les analyses ADN ont confirmé que les deux personnes tuées au Balouchistan en juin 2017 sont les deux mêmes Chinois qui ont été kidnappés à Quetta en mai", a fait savoir le ministère dans un communiqué, sans préciser quand et dans quelles circonstances les corps avaient été retrouvés. En septembre dernier, des médias locaux avaient rapporté que les dépouilles de deux Chinois avaient été découvertes au Balouchistan.

Les autorités pakistanaises ont d'abord déclaré que les deux victimes étudiaient l'ourdou à Quetta, avant d'indiquer qu'elles prêchaient dans cette ville, sans toutefois fournir davantage d'explications.

Des centaines de Chinois se sont établis au Pakistan depuis l'annonce du CPEC, l'un des axes de la vaste initiative chinoise "One Belt One Road", qui vise au développement d'une ceinture terrestre et d'une route maritime, impliquant quelque 65 pays. De nombreuses infrastructures routières, maritimes et énergétiques doivent être construites dans ce cadre.

Des centaines de soldats pakistanais ont été tués depuis 2004 au Balouchistan, une région riche en hydrocarbure et minéraux, dans laquelle sévissent des groupes violents d'inspiration jihadiste ou séparatiste.


Le ministère des Affaires étrangères du Pakistan a confirmé lundi la mort de deux Chinois kidnappés en mai à Quetta, dans le sud-ouest du pays, quatre mois après que le groupe Etat islamique (EI) eut affirmé les avoir tués.
Les victimes, un homme et une femme, avaient été enlevées en mai dans la capitale du Balouchistan, une province instable qui doit accueillir dans les prochaines...