Dernières Infos

Syrie: un reporter tué dans un bombardement du régime

AFP
29/10/2017

Un reporter syrien travaillant pour le compte d'une télévision d'opposition a été tué dimanche dans la province de Damas par un bombardement à l'artillerie du régime qui a fait également dix autres victimes, ont rapporté la chaîne et une ONG.

Qays al-Qadi, la vingtaine, travaillait pour Al-Jisr, une chaîne satellitaire fondée en 2015, basée à Istanbul et opposée au régime du président Bachar el-Assad. Une photo prise par un journaliste collaborant avec l'AFP montre le jeune homme gisant au sol, le visage ensanglanté, sa carte de presse accrochée au cou. La chaîne a annoncé sur sa page Facebook que Qays al-Qadi était "tombé en martyr dans un bombardement du régime d'Assad" sur la Ghouta orientale, zone rebelle à l'est de Damas.

Le reporter était "le chef de bureau" d'Al-Jisr dans cette zone qui, bien que désignée comme l'une des "zones de désescalade" en Syrie, est la cible d'une recrudescence de bombardements des troupes gouvernementales depuis une semaine.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé pour sa part la mort du reporter ainsi que de dix autres civils dans la Ghouta dans des bombardements à l'artillerie. Le journaliste et sept autres personnes ont été tués dans la ville de Hammouriyé, tandis que trois autres personnes ont péri dans un bombardement similaire à Sabqa, une autre ville de la Ghouta.

La mort du reporter intervient trois semaines après celle d'un caméraman travaillant pour le compte de la télévision d'Etat syrienne dans une mine plantée par le groupe Etat islamique (EI) dans la province de Homs (centre).

Quelque 211 journalistes et journalistes citoyens ont été tués en six ans de guerre en Syrie, rapportait en mars Reporters sans frontières (RSF), selon qui la Syrie est le pays le plus meurtrier pour les journalistes.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué