X

Campus

Lancement du baccalauréat technique des métiers de la maintenance

ORIENTATION

Une tentative de réponse au manque d'une main-d'œuvre qualifiée au Liban.

21/10/2017

« Le Liban souffre d'une pénurie de main-d'œuvre qualifiée capable d'assurer le bon fonctionnement des équipements et infrastructures libanais. » Ce constat a poussé l'Institut européen de coopération et de développement (IECD) et Semeurs d'avenir, deux associations spécialisées dans la rénovation de formations techniques, à entreprendre une étude de marché auprès de 50 entreprises dans le domaine de l'industrie et des services. C'est ce qu'a relevé le directeur régional de l'IECD, Nicolas Pinton, lors du lancement officiel de ce nouveau baccalauréat technique annoncé par le directeur général de l'enseignement technique et professionnel, Ahmad Diab. L'étude a démontré que cette pénurie s'explique par le décalage constaté entre les compétences demandées par le marché et les qualifications des jeunes diplômés.
À la demande de la Direction générale de l'enseignement technique et professionnel (DGETP) et grâce au financement de l'Agence française de développement (AFD) et au partenariat avec l'académie de Paris, les deux associations Semeurs d'avenir et l'IECD ont conçu un cursus innovant, adapté aux technologies actuellement utilisées dans le monde du travail, qui permettra de répondre aux besoins du marché industriel libanais.

Nombreux débouchés
À qui s'adresse cette formation ? « À tous les jeunes titulaires du brevet libanais désireux de poursuivre leur apprentissage dans des filières techniques », explique Nayla Ibrahim, directrice des opérations de l'IECD au Liban. Contrairement aux autres formations techniques déjà présentes sur le marché, ce cursus étalé sur trois ans va permettre aux étudiants d'acquérir des compétences générales de maintenance et de réparation dans des domaines aussi différents que la mécanique, l'hydraulique, la climatisation, l'électrique et l'électrotechnique, qui leur permettra d'intervenir sur tout type d'équipement. « L'avantage de ce cursus, c'est qu'il vise l'acquisition de compétences plutôt que de connaissances théoriques, grâce notamment aux travaux pratiques effectués sur des systèmes techniques réels, lors de leurs trois années d'études, ainsi qu'aux 16 semaines de stage obligatoire en entreprise. Une formation qui va permettre à ces jeunes d'accéder très rapidement au marché de l'emploi, une fois leur diplôme obtenu », précise encore Nicolas Pinton. À l'issue des trois ans d'études, ils seront capables d'effectuer la maintenance d'un équipement, diagnostiquer l'origine d'une panne et la réparer. Ils décideront aussi des étapes à suivre pour la maintenance préventive des équipements afin d'améliorer le rendement et prévenir la casse. Des compétences additionnelles telles que la communication, la sécurité et l'environnement seront également enseignées afin de former des citoyens et techniciens responsables.
« Vu la demande pour une main-d'œuvre qualifiée, un large éventail de débouchés est offert à ces jeunes techniciens dans l'industrie mais aussi dans des secteurs comme le bâtiment, les centres commerciaux, les hôpitaux, qui utilisent des équipements techniques sophistiqués nécessitant une maintenance régulière », affirme la directrice des opérations de l'IECD au Liban, qui a tenu à préciser que c'est également grâce à l'apport de grandes sociétés telles que Liban Cables, Mitsulift, PepsiCo et MMG, qui ont contribué aux différentes phases de la conception de cette filière, de l'identification des compétences jusqu'à la proposition de stage, que ce curriculum a vu le jour.

À la une

Retour à la page "Campus"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.