X

L'OLJ au Salon du Livre Francophone de Beyrouth 2017

Salim Eddé, deux passions au service du Liban

Rencontre avec Salim Eddé, samedi 4 novembre à 14h30 - Salle Andrée Chedid - Biel

OLJ
24/10/2017

Cofondateur et l'un des dirigeants jusqu'à ce jour de de Murex S.A société d'informatique (1.950 employés en octobre 2015) se spécialisant dans la fourniture de logiciels pour les salles de marchés des banques et institutions financières dans le monde (bureaux principaux à Beyrouth, Paris, Dublin, New York, Sydney, Tokyo, Singapour, Luxembourg, Beijing, São Paulo). Ingénieur chimiste de formation, Salim Eddé s'intéresse à la composition des matières qui nous entoure notamment à celle des cristaux. Ils sont, selon lui, « d'une taille importante avec des formes géométriques parfaites et des couleurs surprenantes visibles à l'œil nu, révélant de façon frappante la géométrie microscopique de l'empilement des atomes qui les constituent ». Comme il n'a jamais été doué pour sculpter ou dessiner, il a été attiré par ces phénomènes de la création qui se sont formés sans aucune intervention humaine mais grâce aux seuls effets de la nature. Il décide alors de rassembler les cristaux de grande taille des quatre coins du monde afin d'en conserver des exemplaires de la même manière que les chefs d'œuvre sont conservés dans les musées. C'est ainsi qu'est née cette collection. Il commence dès 1997 à rassembler ses précieuses pièces et décide en 2003 de partager avec les autres cet étonnement pour l'esthétique du monde minéral par la création d'un musée. Etant donné que l'université est un lieu idéal pour cette collection, il expose ce projet ambitieux au père René Chamussy, recteur de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth en 2004, qui adhère instantanément et réserve à la collection 1.300 m² au sous-sol d'un immeuble alors en construction sur le Campus de l'Innovation, de l'Economie et du Sport près du Musée National de Beyrouth. C'est de cette passion là qu'est né en 2013 le musée MIM, un musée qui recèle des merveilles inattendues et inestimables tant du point de vue esthétique que scientifique.

À la une

Retour au dossier "L'OLJ au Salon du Livre Francophone de Beyrouth 2017"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

alfred kareh

La creation de ce musee, est une innovation originale, qui merite dcetre encouragee et divulguee
beyrouth ne peut pretendre etre capitale que par le
nombre d attractions et de musees qu elle peut offrir

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!