X

Moyen Orient et Monde

Las Vegas : unis par les massacres, divisés par les armes

Éclairage
05/10/2017

Le carnage de Las Vegas, le week-end dernier, a profondément divisé un peuple américain déjà fragmenté. Après cette attaque, la plus meurtrière de l'histoire du pays, des crises à répétition n'ont pas cessé d'inquiéter davantage une population traumatisée par un acte inexplicable. Les médias, qui ont très largement couvert les événements dramatiques de « Sin City », comme l'Américain moyen aime appeler Las Vegas, ont mis le citoyen face à quelques sombres réalités. Tout le monde semble se poser la même question : si le terroriste de Las Vegas était musulman, l'État ne se serait-il pas mobilisé pour prendre des mesures draconiennes ?

Jusqu'à présent, les Américains n'ont eu droit qu'à des condamnations verbales, à quelques drapeaux en berne et la certitude que personne ne va mettre le doigt sur la plaie et appeler à un plus grand contrôle du port d'arme individuel, protégé par le deuxième amendement de la Constitution.

En témoigne la réponse de la Maison-Blanche par le biais de sa porte-parole, Sarah Huckabee Sanders : « Ce n'est pas le moment d'en discuter », sans compter le silence total du Congrès à ce sujet. Le New York Times ne se fait pas d'illusions : « Rien ne vas changer après la fusillade de Las Vegas », affirme un éditorial publié peu de temps après la tuerie. La très sérieuse revue Mother Jones a également relevé 52 massacres de masse qui ont laissé à chaque fois le Congrès complètement indifférent, même lorsque deux de ses membres, Gaby Giffords et récemment Steve Scalise, en ont été les victimes.

 

(Lire aussi : Le « fou » Stephen Paddock reste une énigme aux États-Unis)

 

Fuir ses responsabilités
Une vérité particulièrement sombre ressort actuellement et se révèle être le lot des Américains : les États-Unis n'arrêteront pas ces tueries et elles vont se poursuivre, notamment à cause de l'existence du port d'armes légalisé. Armes qui se font de plus en plus meurtrières, avec une technologie de pointe à la portée de tous, permettant d'en faire des armes d'assaut automatiques dont la vente est interdite. Pour le journal électronique Bloomberg, « les massacres aux armes à feu ne vont pas s'arrêter jusqu'à ce que les électeurs demandent une action dans ce sens. Or, les législateurs, spécialement les républicains, fuient leurs responsabilités ». Le lobby de la « National Rifle Association », (NRA), l'association pour le droit au port d'armes, est resté muet après la tragédie de Las Vegas, comme c'est le cas après chaque fusillade. Régulièrement dénoncée par les démocrates, la NRA se contente, habituellement, de geler son site internet pendant quelque temps. Richard Feldman, ancien lobbyiste de ce groupe, explique : « Dans un premier temps, ses membres essaient de s'expliquer ce qui arrive exactement. Leur priorité n'est pas le genre d'arme utilisée, mais d'en savoir plus sur celui qui la possède et comment il se l'est procurée. »

Le sénateur républicain du Texas, John Cornyn, comme les autres sénateurs de son parti, a évité de commenter le contrôle des armes à feu, préférant s'exclamer que « politiser cette fusillade est des plus répugnants ! ». Le sénateur démocrate, Chris Murphy, a rétorqué qu'il était temps pour le Congrès de bouger et de faire quelque chose.

D'après des récents sondages, 43 % des citoyens démocrates affirment croire que l'épidémie des armes est à l'origine de ces tueries, alors que 15 % des républicains affirment le contraire. Le président Donald Trump n'a, quant à lui, même pas remis en question une législation prévoyant de doter de silencieux les armes mises entre les mains des civils. En 2012, pourtant, il s'était rangé du côté du président Barack Obama qui demandait un plus strict contrôle des armes, après une fusillade dans une école du Connecticut ayant fait 26 victimes, dont 20 enfants. La première réaction du président Trump après le carnage de Las Vegas a été : « C'est un acte purement diabolique », citant un verset des psaumes. Réplique cinglante d'un analyste : « Ce qui ne doit pas empêcher les législateurs d'essayer, au moins, de réduire la puissance de nuisance prévalante. » Si, dans un élan de solidarité, les massacres d'innocents unifient à chaud, à tête froide, les armes divisent.

 

 

Repère

Les fusillades les plus meurtrières aux États-Unis depuis 25 ans

Lire aussi

Revendications de l'EI : le doute s'installe

Le carnage de Las Vegas était inévitable, selon des experts

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES U.S. PRODUISENT LE PLUS GRAND NOMBRE DE DETRAQUES AU MONDE, DES PETITS ET JUSQU,AUX GRANDS...

COURBAN Antoine

Le bon sens exige que les Etats-Unis d'Amérique cessent de donner des leçons de morale, en matière de tueries aveugles, au reste de la planète.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué