X

Liban

Avec « Sawwarnak », la verbalisation se fait à la volée

Sécurité routière

La campagne de sensibilisation s'inscrit dans le cadre du renforcement de la législation.

20/09/2017

Dans un souci de réduire les accidents de la route, les Forces de sécurité intérieure ne tarissent pas d'idées propres à dissuader les automobilistes imprudents. Ils ont tout récemment organisé une campagne de sensibilisation intitulée Sawwarnak (Nous t'avons pris en photo), consistant à capturer des images de conducteurs contrevenants.

D'ores et déjà, et sans peut-être qu'il s'en aperçoive, des agents de l'ordre en uniforme ou en tenue civile peuvent prendre en photo l'automobiliste s'ils le surprennent en train d'agir de façon dangereuse au volant, notamment s'il parle ou tapote sur son téléphone, s'il ne respecte pas les feux de signalisation, s'il ne porte pas la ceinture de sécurité ou encore s'il prend un sens interdit.
Ces photos permettent ainsi aux agents de la chambre de contrôle routier de verbaliser sans que l'on ne soit pour autant intercepté. Se fondant sur la marque et la plaque d'immatriculation du véhicule, ceux-ci adressent à l'automobiliste concerné un avis de contravention par pli postal à domicile.

La chambre de contrôle routier reçoit même des photos prises en flagrant délit par d'autres automobilistes, indiquent des sources sécuritaires contactées par L'Orient-Le Jour. Elles affirment que cette participation du public n'est pas initiée par les responsables, mais reconnaissent toutefois qu'une telle collaboration n'est pas rejetée parce qu'elle est de nature à multiplier les preuves d'infractions. Pour ces sources, il est légitime qu'une personne rapporte une mauvaise attitude au volant parce qu'elle a peur pour sa vie, mais aussi pour la vie du réfractaire et celle des autres victimes potentielles. À la question de savoir si le fait de communiquer des photos d'autrui dans le but de le dénoncer ne constitue pas plutôt une délation, ces sources répondent par une autre question : pourquoi donc ne pourrait-on pas relater de telles exactions alors qu'on encourage à rapporter d'autres délits et crimes ? Elles estiment cependant que les images capturées ne doivent pas être publiques et ne doivent pas s'accompagner de diffamations.

Une autre source sécuritaire affirme à L'OLJ que cette démarche d'avertissement que constitue la campagne n'est que le début d'un long parcours visant à prévenir les dangers de la route. Cette personne se félicite du développement de la technologie, qui, « autant qu'il permet de commettre des infractions via l'utilisation du téléphone portable, permet aussi de contrer ces entorses à la loi à travers l'installation de caméras de surveillance et l'utilisation d'appareils photo sophistiqués ».

 

(Lire aussi : Premiers secours : Roads for Life va accélérer l’accord avec les FSI)

 

 

La campagne Sawwarnak s'inscrit dans le sillage de l'application d'un nouveau code de la route entré en vigueur en avril 2015, grâce auquel, affirment les responsables sécuritaires, le nombre des victimes a baissé de 22 %. Selon des chiffres présentés par les FSI, il y a eu cette année 289 tués et 2 717 blessés de moins. La nouvelle technique imaginée par les organes de sécurité contribuera-t-elle à diminuer davantage la fréquence des accidents causés par des attitudes irresponsables et inconscientes ?

Il reste qu'en attendant, chaque jour apporte son lot d'accidents de la route. La chambre de contrôle routier a ainsi rapporté que pour la seule journée d'hier, 19 accidents se sont produits, faisant 5 tués et 23 blessés. Un quadragénaire qui conduisait une moto à l'entrée du tunnel Salim Salam a notamment été renversé par un poids-lourd, qui l'a propulsé à 20 mètres, le tuant net. Le corps du malheureux a été transporté à l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri, tandis que le conducteur du camion a été arrêté.

En outre, un pick-up s'est renversé sur la route principale de Nabeh el-Succar (Denniyé), faisant un tué. Par ailleurs, la police a indiqué que 961 procès-verbaux pour excès de vitesse ont été dressés hier.

 

Pour mémoire

Hécatombes sur les routes libanaises : la série noire se poursuit

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

tres bon, bravo !
juste une question pourtant : est on surs de l'adresse de cette personne verbailisee a qui on est supposes " -je cite - """ceux-ci adressent à l'automobiliste concerné un avis de contravention par pli postal à domicile""
pr ex, depuis 10 ans, j'ai change 3 fois de domicile, par quel miracle mon adresse actuelle -donc la bonne serait elle enregistree aupres du service concerne?
SOUVENT IMPOSSIBLE !

Georges MELKI

Comme d'habitude, ça va durer une semaine tout au plus...

NAUFAL SORAYA

Les gens finiront bien par comprendre...

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.