Rechercher
Rechercher

Liban - Réactions

Rifi traite le Hezbollah de « pompier pyromane »

Achraf Rifi prononçant son allocution.

L'ancien ministre de la Justice Achraf Rifi s'est exprimé hier dans le cadre de la campagne électorale qu'il mène dans le nord du pays. Il a commencé son intervention en commentant le découpage électoral qui a été adopté dans le Nord, notant que l'alliance Denniyé-Menié-Tripoli a été pensée pour affaiblir son courant, « mais que cela ne changera rien » car, « avec nos partisans dans ces régions, nous sommes tous issus d'un même tissu social ». Il s'est ensuite insurgé contre les méthodes dignes de « pays autocratiques » qui sont actuellement employées par certains candidats concurrents, avant de menacer de dévoiler les informations qui sont en sa possession concernant notamment les pressions qui sont exercées sur ses partisans.
« Nous sommes en possession de 13 000 dossiers qui contiennent les noms des éléments » des forces de sécurité qui sont impliqués dans ces pressions. « Il faut que tout le monde sache que nos choix et nos décisions resteront inchangés (...) ; l'ensemble du système sécuritaire syrien n'a pas pu nous faire fléchir et nous départir de nos convictions », a martelé l'ancien ministre. « Je tiens à vous rappeler que toutes les tentatives du régime syrien n'ont jamais été couronnées de succès, nos fils ont toujours résisté (...) », a-t-il aussi affirmé, avant de s'adresser à ceux qui poussent les forces de sécurité à Tripoli à s'immiscer dans la campagne électorale par le biais de l'intimidation : « Nous ne nous battrons pas avec vous, mais nous allons parler et dévoiler au grand jour tous vos agissements (...). Je vous conseille de protéger le pays et sa sécurité. Ne vous immiscez pas dans la politique. »
Pour Achraf Rifi, « le pouvoir a démissionné et ne prend plus ses responsabilités », il a laissé le champ libre au Hezbollah pour qu'il mène « des opérations militaires en utilisant des armes illégales. Nous avons une armée à laquelle nous faisons confiance, nous connaissons ses capacités. Si le pouvoir avait chargé l'armée de lancer cette opération, elle l'aurait fait de manière civilisée et avec un plus grand succès ». Qualifiant dans ce contexte le Hezbollah de « pompier pyromane », il a estimé que le parti n'a fait « qu'éteindre l'incendie qu'il a lui-même provoqué ».

L'ancien ministre de la Justice Achraf Rifi s'est exprimé hier dans le cadre de la campagne électorale qu'il mène dans le nord du pays. Il a commencé son intervention en commentant le découpage électoral qui a été adopté dans le Nord, notant que l'alliance Denniyé-Menié-Tripoli a été pensée pour affaiblir son courant, « mais que cela ne changera rien » car, « avec nos...
commentaires (1)

Nous savons que M. Rifi est un farouche opposant au Hezbollah. C'est un vrai patriote qui ne mâche pas ses mots. La campagne des legislatives a déjà bel et bien commencé pour lui (et pour d'autres candidats). J'aurai préféré que M. Rifi et ses partisans s'allient avec le Courant du Futur pour mieux encore faire face à leurs rivaux communs que sont notamment le Courant Patriotique Libre et surtout le Hezbollah et leurs alliés tels que les Marada de Sleiman Franjieh par exemple.

Tony BASSILA

13 h 45, le 07 août 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Nous savons que M. Rifi est un farouche opposant au Hezbollah. C'est un vrai patriote qui ne mâche pas ses mots. La campagne des legislatives a déjà bel et bien commencé pour lui (et pour d'autres candidats). J'aurai préféré que M. Rifi et ses partisans s'allient avec le Courant du Futur pour mieux encore faire face à leurs rivaux communs que sont notamment le Courant Patriotique Libre et surtout le Hezbollah et leurs alliés tels que les Marada de Sleiman Franjieh par exemple.

    Tony BASSILA

    13 h 45, le 07 août 2017

Retour en haut