Moyen Orient et Monde

Le triste sort des églises de Famagouste

Reportage

Entre l'invasion ottomane au XVIe siècle et celle de l'armée turque en 1974, la grande majorité des édifices religieux chrétiens ont été détruits, transformés en mosquées ou tout simplement abandonnés.

28/07/2017

Un paysage de désolation pire que dans un film de fiction. Arbres et arbustes ont envahi les maisons, les immeubles. Les rues ont presque disparu sous les herbes sauvages. Les murs des bâtisses sont presque tous fissurés, rongés par les racines des végétaux qui ont remplacé les habitants du quartier de Varosha, à Famagouste (qui signifie cachée dans le sable), l'ancienne cité touristique sur le littoral oriental de la partie nord de Chypre.

Une ambiance lourde pèse sur le visiteur qui découvre pour la première fois cette ville fantôme. Il retient son souffle comme pour arrêter aussi le temps. Ce temps figé depuis 1974, dans ce quartier où vivait jadis la communauté grecque, chassée de la ville depuis l'invasion du 20 juillet de cette année-là. Aujourd'hui, Famagouste fait partie de la République turque de Chypre du Nord (RTCN, reconnue uniquement par Ankara).
Des barbelés de fer entourent cette jungle atypique créée par l'homme et gardée strictement par l'armée truque qui interdit toute prise de photos. Les bâtiments vides sont en ruine, les toits affaissés, les fenêtres brisées. La station d'essence, les édifices publics, les hôtels et les églises sont rongés par les herbes et les années qui passent. « On ne saura jamais pourquoi l'armée turque a décidé de bloquer l'accès à ce quartier », explique Youlia, une professionnelle du tourisme chypriote grecque, et qui se rend régulièrement à Famagouste.

Pour certains, la décision des autorités turques était d'avoir une monnaie d'échange en vue de futures négociations sur le sort final de l'île avec la partie grecque. Or, depuis plus de quarante ans, rien n'y fait. Un dernier round de négociations vient de se terminer début juillet à Genève sans avancée majeure. Un accord final bute toujours sur le double écueil du retrait de l'armée turque, et du libre retour des Chypriotes déplacés en 1974 dans leurs communes d'origine. Toujours est-il, poursuit Youlia, « aujourd'hui certains anciens habitants viennent jeter un coup d'œil à leur maison, derrière les barbelés, mais il ne sont toujours pas autorisés à y accéder ».

 

(Lire aussi : L'ONU "n'abandonne pas" Chypre malgré l'échec de pourparlers de réunification)

 

Après avoir passé le quartier de Varosha, se profilent les impressionnants remparts de Famagouste, d'une hauteur de 17 mètres et d'une épaisseur de 9 mètres. En entrant par la « Porte du Lion », c'est un paysage d'églises en ruine qui attend le visiteur.

Premiers vestiges qu'on aperçoit, ceux de l'église Saint-Georges des latins. Située dans la partie nord de la ville, elle est l'une des plus anciennes à Famagouste. Construite au XIIIe siècle (à l'époque des croisés), elle est supposée être une réplique de la Sainte-Chapelle à Paris. L'église a été détruite lors du siège de la ville par les Ottomans en 1570. Aujourd'hui, il n'en reste plus qu'un mur formé de quelques arcades.

Le sort de l'église Saint-Georges des Grecs, deuxième plus grande église de Famagouste, n'a pas été meilleur. C'était la cathédrale grecque-orthodoxe de la ville ; elle a été construite dans le style d'une église latine, avec une large nef centrale, au XIVe siècle. Durant le siège ottoman, elle a été une cible privilégiée des assiégeants à cause de sa hauteur. Les impacts des projectiles sur ce qui reste de l'édifice sont toujours bien visibles. En outre, l'abside aurait été utilisée comme galerie de tir. Ce qui reste de l'église est toutefois impressionnant. Malgré les destructions, on est toujours sous l'envoûtement d'une grandeur passée qui s'impose au visiteur.

 

(Lire aussi : Nouvel échec des négociations pour réunifier Chypre)

 

Église-mosquée, mosquée-église
Un peu plus loin, se dresse l'imposante église Saints-Pierre-et-Paul. Sa façade sobre contraste avec les côtés de l'édifice dont les murs massifs ont dû être soutenus par des arcs-boutants, avant que ne soit ajoutée une nouvelle rangée de contreforts, donnant à l'église une apparence unique. L'église est aujourd'hui une salle polyvalente, propriété de la municipalité. À l'intérieur, des ouvriers s'affairent afin de préparer la salle pour un événement organisé prochainement.

Hussein, un jeune électricien, travaille calmement à l'intérieur. Le côté religieux ne l'intéresse nullement. Avant d'être transformé en salle polyvalente, le bâtiment a fait office de mosquée (Sinan Pacha). Hussein est chypriote turc. Ses parents ont toujours vécu à Famagouste. Et pour le jeune homme, il n'y a pas de grande différence entre Grecs et Turcs. « Je vais toujours à Ayia Napa (la célèbre station balnéaire située du côté chypriote grec), affirme-t-il. Je travaille des deux côtés. Je n'ai jamais eu de problèmes. Il faut dire que là-bas on peut tout trouver, tout faire. Ici, la société reste un peu conservatrice. »

Autre édifice impressionnant, la mosquée Lala Moustapha Pacha, le conquérant ottoman de l'île. À l'origine, la mosquée était une église, la cathédrale Saint-Nicolas. Bâti au XIVe siècle, l'édifice est de style gothique, copie de la cathédrale de Reims, notamment de ses deux tours. Toutefois, lors du siège de la ville, les tours ont été détruites, et après la chute de Famagouste aux mains des Ottomans, un minaret a été construit à la place de l'une des tours. En outre, la quasi-totalité des figurines humaines et animales qui ornaient la cathédrale ont été détruites, car incompatibles avec l'islam. Seules quelques-unes subsistent dans les parties les plus inaccessibles. Depuis cette époque, et jusqu'à 1878, date de la prise de possession de Chypre par les Britanniques, l'entrée de l'édifice était même interdite aux chrétiens.

Aujourd'hui, les touristes peuvent visiter la mosquée, en tant que lieu de culte musulman. L'intérieur est dégarni de tout. Seul le mihrab est mis en valeur. Transformer des églises en mosquées était une pratique très répandue du temps des Ottomans. Toutefois, cette mosquée, appelée aussi mosquée Sainte-Sophie de Gazimagusa (le nom turc de Famagouste), est presque inconnue du grand public.

L'exemple le plus connu de cette pratique est assurément Sainte-Sophie à Istanbul. Cette magnifique basilique, construite au VIe siècle, sous l'empereur Justinien, a été transformée en mosquée au XVe siècle sous Mehmet II. Depuis 1934, l'édifice est devenu un musée. Un autre exemple moins connu est la cathédrale Sainte-Sophie de Nicosie (actuellement dans la partie nord de la ville, occupée par la Turquie). Elle a été transformée en mosquée en 1570, et deux minarets ont été ajoutés au bâtiment. En 1954, la mosquée a été nommée Selimiye Camii en l'honneur du sultan Sélim II.

 

(Pour mémoire : Nouvel échec des négociations pour réunifier Chypre)

 

Richesse chrétienne
La présence chrétienne à Famagouste remonte au Ier siècle après J-C quand saint Paul et saint Barnabé ont accosté sur la côte est de Chypre, plus précisément à Salamine. Bien plus tard, durant les croisades, l'île a vécu sous le règne de la maison des Lusignan, qui s'est installée à Famagouste. D'où la forte influence catholique dans la ville, alors que les Chypriotes sont à 78 % chrétiens orthodoxes.

Un superbe couvent a été construit dans la région de Famagouste, dédié à saint Barnabé. Ce dernier est considéré comme le fondateur de l'Église orthodoxe grecque indépendante et est le saint patron de Chypre.
L'édifice tel qu'il est connu actuellement date des années 1750. Aujourd'hui, après sa restauration dans les années quatre-vingt-dix, le site se compose d'une église qui sert de musée à une impressionnante collection d'icônes orthodoxes. Depuis le départ des derniers moines, à la fin des années soixante-dix, le monastère abrite une collection archéologique.

Youlia explique que selon la légende, il existait 365 églises à Famagouste. Une à visiter par jour. Or entre l'invasion ottomane et celle de l'armée turque en 1974, la grande majorité des édifices religieux chrétiens ont été détruits, transformés en mosquées, ou tout simplement abandonnés, à l'instar des nombreux édifices qui se trouvent actuellement dans la zone interdite de la ville. Mais peu de personnes connaissent le triste sort des églises de Famagouste, déplore-t-elle.

 

 

Pour mémoire

L'ONU croit qu'une solution est possible pour réunifier Chypre

Chypre : une église de Famagouste verra sa première messe du Vendredi Saint en 58 ans

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Le multiculturalisme a la sauce musulmane.....Et on ose encore parler du "vivre ensemble"!

Ray Jabre

Merci pour votre excellent reportage. Je voudrais vous signaler les conséquences de la prise de Chypre par les Ottomans en 1570-71… à Beyrouth! Le petit couvent des Franciscains et l’église maronite voisine ont en effet payé le prix de cette conquête et ont été transformés en mosquée, qu’on appelle « la mosquée du Sérail » ou mosquée Mansour Aassaf. Elle existe toujours au Centre-Ville. A Chypre, les maronites avaient en effet combattu avec acharnement aux côtés de Venise; une zajaliyyah composée à la suite de la défaite de Famagouste évoque la destruction des croix, des icônes et des cloches, l’érection de minarets et l’édification de mihrab sur les murs sud, direction de la Mecque, des églises de Chypre. Le poème souligne le retour des chrétiens à la condition de dhimmis, écrasés de taxes (kharâj) et contraints de porter les turbans noirs discriminatoires des non-musulmans à l’époque ottomane. Le lien avec Beyrouth s’explique par la présence aux côtés des Ottomans d’auxiliaires libanais qui appartenaient au clan musulman d’origine Turkmène des Aassaf. Leur capitale était Ghazir. Ivres de leur victoire à Chypre, de retour à Beyrouth, ils ont délogé les Franciscains, assimilés à des sympathisants de Venise, et réquisitionné l’église adjacente des maronites, en punition de leur résistance à Chypre, pour les annexer au nouveau sérail que le puissant émir Mansour Aassaf s’est fait construire cette année-là. Ray Jabre Mouawad

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA BARBARIE DES TURCS S,EST REVELEE DANS TOUTE SON ABJECTE REALITE... LES REJETONS DES OTTOMANS PIRE QUE LEURS ANCETRES !

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.