Rechercher
Rechercher

Nations unies

Guterres reçoit la présidente du TSL : L’impunité ne sera pas tolérée

En visite à New York, la présidente du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), la juge Ivana Hrdličková, de nationalité tchèque, a rencontré cette semaine au Palais de Verre le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, indique un communiqué émanant de Leidschendam, siège du TSL. Les discussions « ont porté sur les travaux accomplis par le tribunal, les difficultés rencontrées et les efforts entrepris pour mener à bien sa mission et garantir la conduite équitable, rapide et transparente des procédures engagées », souligne le communiqué.

« Je tiens à réaffirmer que l'impunité ne sera pas tolérée, a déclaré le secrétaire général des Nations unies. Les Nations unies se sont engagées à soutenir le travail du Tribunal spécial pour le Liban, avec l'appui et la coopération constante du gouvernement libanais. » La présidente Hrdličková a remercié le secrétaire général du soutien solide et sans faille que l'ONU n'a cessé de manifester à l'égard du tribunal et de son travail. « Cette rencontre était une excellente occasion d'informer le secrétaire général des récents développements de l'activité judiciaire du tribunal et d'affirmer nos objectifs communs d'efficience, de transparence et de responsabilité, a déclaré la présidente du TSL. L'appui de l'ONU nous est précieux et indispensable pour remplir notre mandat et apporter la justice aux victimes au Liban. »

 

La juge du TSL
De nationalité tchèque, la juge Ivana Hrdličková a commencé sa carrière de juge en 1990 et a traité des affaires tant civiles que pénales. Elle a exercé ses fonctions en République tchèque dans des juridictions régionales et des cours d'appel ainsi qu'à la Cour suprême. Mme Hrdličková est titulaire d'un doctorat en droit international délivré par la faculté de droit de l'Université Charles de Prague, et spécialiste à ce titre des liens entre droit international et droit islamique.

Mme Hrdličková intervient également en tant qu'experte juridique auprès du Conseil de l'Europe sur les questions relatives aux droits de l'homme, au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme. L'instauration de l'État de droit dans les sociétés postrévolutionnaires et la justice transitionnelle figurent également parmi ses domaines de spécialisation. La juge Hrdličková a participé à de nombreux projets judiciaires et juridiques internationaux, tels que les efforts déployés dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen (Euro-Med) visant à améliorer la coopération judiciaire entre les pays bénéficiant des mesures d'accompagnement techniques et financières du programme MEDA, en vue de renforcer l'indépendance des juges et la justice transitionnelle. Elle a été nommée juge de la chambre d'appel du Tribunal spécial en novembre 2012 et élue à la présidence du TSL le 19 février 2015, et elle a pris ses fonctions de présidente le 1er mars 2015.

Le TSL a été créé par la résolution 1757 (2007) du Conseil de sécurité de l'ONU, afin de poursuivre et de traduire en justice les auteurs présumés de l'attentat du 14 février 2005 à Beyrouth, qui a tué l'ancien Premier ministre Rafic Hariri et 21 autres personnes. Le tribunal pourra également connaître d'autres attentats commis au Liban entre le 1er octobre 2004 et le 12 décembre 2005, s'il s'avère qu'ils présentent un lien avec l'attentat 14 février 2005, en raison de leur gravité ou de leur nature.
Le tribunal a ouvert ses portes le 1er mars 2009. Le procès principal, en l'affaire le procureur C. Ayyash et autres, s'est ouvert le 16 janvier 2014 et concerne la participation présumée des accusés dans l'attentant du 14 février 2005.

 

Lire aussi

Hrdličková présente le huitième rapport annuel du TSL

Roux à « L’OLJ » : Nul ne pourra reprocher au TSL d’avoir failli à l’impératif d’un procès équitable

Le Hezbollah qualifie le jugement du TSL d’« atteinte à la souveraineté nationale »


En visite à New York, la présidente du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), la juge Ivana Hrdličková, de nationalité tchèque, a rencontré cette semaine au Palais de Verre le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, indique un communiqué émanant de Leidschendam, siège du TSL. Les discussions « ont porté sur les travaux accomplis par le tribunal, les...

commentaires (1)

incroyable, 10 ans et plus depuis la fondation de ce TSL, qui a déjà englouti quelques milliards de $, fait le bonheur de centaines d'apprentis juges et avocats, et on en est où? Rien de spécial sauf quelques potentiels accusés appartenant à une milice nationale qui dirige le pays et qui sont toujours en cavale... Les juges se succèdent mais ne se ressemblent pas, et tout ce que l'ONU est capable de pondre, c'est un communiqué affirmant que "l'impunité ne sera pas tolérée"! Tiens, tiens, Mr de la Palisse n'aurait pas dit mieux! Probablement, dans un avenir lointain, les enfants de nos enfants connaîtront le fond de l'histoire, mais il sera trop tard pour rendre justice à qui que ce soit. Ainsi va le monde.

Saliba Nouhad

17 h 24, le 23 juin 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • incroyable, 10 ans et plus depuis la fondation de ce TSL, qui a déjà englouti quelques milliards de $, fait le bonheur de centaines d'apprentis juges et avocats, et on en est où? Rien de spécial sauf quelques potentiels accusés appartenant à une milice nationale qui dirige le pays et qui sont toujours en cavale... Les juges se succèdent mais ne se ressemblent pas, et tout ce que l'ONU est capable de pondre, c'est un communiqué affirmant que "l'impunité ne sera pas tolérée"! Tiens, tiens, Mr de la Palisse n'aurait pas dit mieux! Probablement, dans un avenir lointain, les enfants de nos enfants connaîtront le fond de l'histoire, mais il sera trop tard pour rendre justice à qui que ce soit. Ainsi va le monde.

    Saliba Nouhad

    17 h 24, le 23 juin 2017