Liban

Le Liban est actuellement la cible de trois menaces sécuritaires différentes

Dans les coulisses de la diplomatie
19/06/2017

Le Liban est actuellement confronté à trois types de menaces sécuritaires : d'abord israélienne, ensuite terroriste et enfin celle de la violence quasi quotidienne qui sévit dans ses rues et vise des innocents, dont le seul tort est de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.
Récemment, des informations faisant état d'une menace d'Israël à l'égard de Beyrouth, et plus précisément de son aéroport, dans le cas où le Liban se hasarderait à accueillir des responsables du Hamas – fuyant le Qatar où ils ne sont plus les bienvenus depuis que l'Arabie a imposé un boycott quasi total sur Doha – ont filtré. Mais leur fiabilité n'est pas entière, selon les observateurs. Rien ne prouve en effet que Beyrouth serait sur le point d'accueillir un quelconque responsable du Hamas, surtout que le Premier ministre palestinien s'est récemment rendu en Iran pour discuter d'un possible accueil par Téhéran des leaders de ce mouvement palestinien ouvertement pro-iranien. Une source informée assure que l'objectif des Israéliens est simplement de semer la discorde entre le Liban et le Hamas, surtout que ce mouvement islamiste dispose d'un bureau à Beyrouth. Côté libanais, on assure qu'aucun responsable du Hamas n'a formulé de demande d'asile à Beyrouth. Pour le reste, Israël continue de lancer de temps à autre des menaces à l'adresse du Liban visant à impressionner indirectement le Hezbollah. Mais il faut reconnaître que l'intensité de la pression exercée par l'État hébreu sur le Liban sur le plan sécuritaire a nettement diminué depuis la fin de l'offensive israélienne de 2006.
La menace terroriste, en revanche, demeure bien présente, Fateh el-Cham (anciennement Front al-Nosra) et l'organisation État islamique occupant le jurd du village de Ersal depuis le début de la révolution syrienne. Les miliciens de ces organisations avaient réussi à tuer des soldats de l'armée libanaise et en kidnapper d'autres, dont certains sont encore retenus à Ersal. Ils ont également à leur actif des attentats à la voiture piégée ainsi que des attaques-suicides, même si les forces de l'ordre ont réussi à en déjouer un certain nombre. Le focus des forces de sécurité est actuellement concentré sur la base aérienne militaire de Rayyak. Celles-ci craignent en effet qu'elle ne soit la cible des terroristes et s'emploient actuellement à sécuriser l'enceinte de l'aéroport militaire, où les avions de transport militaire américains acheminent régulièrement du matériel destiné à l'armée libanaise.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ses proches, Aoun ne cédera pas

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué