L’édito de Michel TOUMA

Messieurs les fromagistes...

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
13/06/2017

La comparaison serait, certes, profondément naïve. Elle ne devrait même pas se poser. Mais à certains égards, elle pourrait malgré tout être utile pour nous inciter à marquer une courte pause et réfléchir à notre situation actuelle au plan des services publics. Un survol très rapide des slogans et des programmes (concrets) qui ont jalonné le premier tour des élections législatives françaises illustre le fossé effroyable qui nous sépare, nous Libanais, des conditions les plus élémentaires d'une vie simplement normale et, pourquoi pas, digne. Qu'on en juge par les faits : mise en place d'une police de proximité dans les villages et les quartiers; restructuration des allocations de retraite ; réorganisation des indemnités de chômage; insertion des jeunes dans le monde du travail ; formation professionnelle ; encadrement des personnes du troisième âge; investissements dans l'innovation et la recherche, dans les infrastructures, le numérique et la reconversion industrielle ; gestion de la transition énergétique, etc. Telles sont les préoccupations des électeurs et des candidats français. Et la liste dans ce cadre serait longue.

Pour se replonger dans le cas libanais, une constatation saute aux yeux. Le débat au niveau national porte exclusivement, depuis de nombreuses années, sur des dossiers tels que l'armement illégal du Hezbollah et son impact sur le jeu politique local, les retombées de l'engagement militaire du parti chiite en Syrie et dans d'autres pays de la région, la nécessité de tenir le Liban à l'écart des conflits régionaux, l'équilibre intercommunautaire entre les pôles du pouvoir et, tout récemment, la loi électorale. Autant de sujets à caractère fondamentalement existentiel. Des problèmes cruciaux pour l'avenir du pays, à n'en point douter, qui doivent effectivement être débattus avec le plus haut degré de responsabilité, mais qui demeurent bien loin des soucis de la vie quotidienne des Libanais.

Au-delà de toute considération politicienne, force est de reconnaître une indéniable évidence : depuis le funeste assassinat de Rafic Hariri, en 2005, aucun grand projet d'infrastructure n'a été exécuté dans le pays. Depuis près de douze ans, la gestion et le développement des services publics sont pratiquement, jusqu'à nouvel ordre, au point mort. L'attention des responsables officiels et politiques est restée focalisée exclusivement sur les problèmes d'ordre existentiel. Soit... Un tel débat est important, nul ne le conteste. Mais est-il nécessaire d'attendre le règlement de la question des armes miliciennes pour songer à l'entretien continu des grands axes routiers qui sont devenus avec le temps un complot contre les automobilistes ? Faut-il que la guerre syrienne prenne fin pour assurer à la population un approvisionnement normal en électricité, alors que le conflit interne libanais a officiellement pris fin en 1990 ? Serait-ce trop demander d'assurer, dans un pays à la vocation libérale comme le Liban, un service internet performant ? Le ramassage et le traitement des ordures ménagères seraient-ils liés à l'évolution du rapport de force entre les pays du Golfe et la République islamique des mollahs iraniens ? Faudrait-il que Benjamin Netanyahu consente à avaliser la solution des deux États pour empêcher le déversement des égouts à l'air libre et dans la mer ?

Soulever de telles interrogations paraît peut-être, encore une fois, naïf. Pour ôter, précisément, cette perception, nous rétablirons l'équilibre en acceptant de pousser le réalisme jusqu'à ses derniers retranchements, au risque de choquer les plus idéalistes d'entre nous. Il est de notoriété publique que les principaux partis et pôles politiques du pays sont engagés dans un féroce bras de fer pour un partage du gâteau au niveau des contrats particulièrement juteux négociés à plus d'un niveau. Nous ne pousserons pas la naïveté jusqu'à réclamer la fin de telles pratiques. Dans des pays « normaux », c'est l'État et les citoyens qui financent les partis. Mais dans l'attente d'une telle évolution dans le paysage politique libanais, serait-ce trop demander à nos responsables locaux de juguler (de restreindre, uniquement...) leurs appétits affairistes, de s'abstenir de bloquer certains projets parce qu'ils s'estiment lésés dans les répartitions des parts, et de consacrer un peu de leur temps précieux au fonctionnement a minima (il faut être réaliste...) des services publics? Il y va aussi, après tout, de leur propre intérêt. Car pour se poser en représentant légitime d'une quelconque composante du tissu social libanais, encore faut-il qu'il reste au sein de cette société des citoyens qui accorderaient un quelconque crédit aux « fromagistes » des temps modernes, pour reprendre l'expression de Fouad Chehab.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Samira Fakhoury

Oui Mr Michel Touma à un type d'hommes comme nos responsables c'est trop demander ! La seule solution est de les écarter du pouvoir ! Pens ez-vous que ce soit possible ? Moi non !

RE-MARK-ABLE

A la bonheur mr touma , on croirait presqu'entendre le chef de la résistance du hezb H.N parler il y a 3 ou 4 ans , quand il disait n'attendez rien des conflits tout autour de nous pour régler nos problèmes , restez concentré sur le bien être des libanais .

Welcome to the club mr touma . khayyy..

Wa salam .

HADDAD Fouad

A Zhalé, ils ont l'électrécité 24 h/ 24 et la moins chère du Liban....
Cherchez l'erreur ???!
Quand les pouvoirs publics démissionnent, heureusement qu'il reste des gens qui travaillent pour le bien de tous car le gain n'est pas leur unique moteur.
Pourquoi n'est ce possible qu'à Zahlé ????

carlos achkar

Mr Touma, vous êtes entrain de comparer une vraie république à une république bananière.
Le Liban a besoin de changer tous ses politiciens en commençant par les députés comme la France est entrain de le faire en ce moment. Peut être on redeviendra une vraie république et une vraie nation.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET POURTANT DE PUIS L,ASSASSINAT DE FEU RAFIC HARIRI LA DETTE ETATIQUE EST PASSEE DE 25 MILLIARS A PLUS DE 75 MILLIARDS DE DOLLARS... D,OU VIENNENT CES 50 NOUVEAUX MILLIARDS ? FEYN IL BIDNA NHASSEB ? OU SONT-ILS ? QUI VOLENT LES RENTREES DESTINEES A L,ETAT ET PLONGENT LE PAYS DANS LA FAILLITE ? ILS SONT CONNUS !

Soeur Yvette

Merci pour cet article cible vrai objectif...revoyez Mrs votre vie vos interets qui deviennent flagrands...une honte..

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué