X

Campus

L’AUB couronne la réussite de ses diplômés

COLLATION DES GRADES
10/06/2017

« L'expérience n'est pas ce qui vous arrive, mais ce que vous faites avec ce qui vous arrive. » C'est avec ces mots d'Aldous Huxley que le président de l'Université américaine de Beyrouth, Fadlo Khuri, a commencé son inspirant discours adressé aux 1 668 étudiants de premier cycle qui ont reçu leurs diplômes le samedi 3 juin. La cérémonie, à laquelle ont assisté des doyens, des membres du corps professoral et du conseil d'administration, des parents, des amis et d'anciens diplômés, a réuni les étudiants des facultés d'agriculture et des sciences de l'alimentation, des arts et des sciences, d'ingénierie et d'architecture, des sciences de la santé, des sciences infirmières et de la Suliman S. Olayan School of Business.
« Votre passage à l'AUB a été rempli d'expériences riches et puissantes. Vous avez intégré cette université en provenance de tous les coins du pays, de la région et du monde. Vous avez quitté vos nids familiaux pour vous immerger dans ce grand bain de labeur, de savoir et de lumière, un espace engagé en faveur de l'inclusion et de la diversité et, sans doute, de l'excellence. Vous avez fait un long chemin pour être ici ce soir », a-t-il poursuivi.

Discours inspirants
Les étudiants Rim Sinjabe et Hussein Khachfé de la faculté des arts et des sciences ont représenté la promotion 2017 lors de la collation des grades. Leurs allocutions enthousiastes et positives ont reflété l'optimisme intelligent et actif qui caractérise les nouveaux diplômés.
Parmi les autres moments forts de la cérémonie, le discours de Mona Hraoui, qui a appelé à une meilleure participation des Libanaises aux postes de prise de décision. S'adressant aux professeures et aux jeunes diplômées présentes, l'ancienne Première dame a affirmé : « Votre (grand) nombre reflète l'autonomisation que nous avons connue au cours des dernières décennies. Nous pouvons constater une augmentation du pourcentage des femmes inscrites dans les différents niveaux d'enseignement, une croissance substantielle de la participation des femmes aux professions éducatives et aux postes administratifs dans le secteur, l'accès de plus en plus de femmes à l'enseignement supérieur et aux professions libérales. » Et de dénoncer : « Cependant, nous trouvons encore peu de femmes nommées à des postes-clés. Leur présence demeure symbolique dans la prise de décision économique et politique. »

R.A.D.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué