X

Culture

Un sex-symbol à l’origine des communications par téléphone portable

Focus

Celle qui était considérée comme la plus belle du monde ne s'est pas contentée d'être simplement une star adulée : Hedy Lamarr avait plus d'un tour dans son sac.

Danny MALLAT | OLJ
01/06/2017

Née en 1914 dans l'ancienne Autriche-Hongrie au sein d'une famille juive convertie au christianisme, elle rêve dès son plus jeune âge de devenir star de cinéma. Son père est un riche banquier, sa mère est pianiste. Elle bénéficie de cours de piano, de danse et d'art dramatique. « La plus belle femme du monde » aurait pu se suffire d'avoir une carrière d'actrice faite de strass et de paillettes, mais elle avait d'autres ambitions. Ses travaux scientifiques révolutionnaires ouvriront la voie à l'invention du GPS. Et la chaîne Histoire dans sa série « Femmes extraordinaires » lui consacre une heure d'écoute. Celle dont la vie sera jalonnée d'unions souvent brèves se nomme Hedwig Eva Maria Kiesler, alias Hedy Lamarr.

Sociable ou solitaire ?
En 1933, elle a 18 ans quand elle tourne dans Extase, un film de Gustav Machaty, où elle interprète une femme délaissée par son mari qui prend un amant. Dans une scène subversive qui choquera le grand public, totalement nue, elle simule un orgasme en plan très rapproché. C'est le début de la célébrité. Fritz Mandl, son mari à l'époque, vit mal cette notoriété soudaine. Il tente par tous les moyens de racheter toutes les copies du film pour en diminuer la diffusion, en vain ! Quatre ans plus tard, leur liaison prend fin. À la fin des années 30, la MGM lui propose un contrat de sept ans, l'obligeant ainsi à s'installer à Hollywood. De cette association va naître une quinzaine de films où elle enchaîne les succès : Casbah, La dame des tropiques, Tortilla Flat, Samson et Dalila en font très vite l'étoile montante du cinéma américain. Elle tourne sous la direction des plus talentueux : Cecil B. DeMille, King Vidor, Victor Fleming, Marc Allégret, et donne la réplique à des acteurs célèbres comme Judy Garland, Clark Gable, Robert Taylor et Spencer Tracy. Non satisfaite de jouer les jeunes premières devant les caméras de Hollywood, Hedy Lamarr a d'autres centres d'intérêt que son métier d'actrice. Obsédée par le besoin de contribuer à l'effort de guerre, elle se lance à corps perdu dans la recherche scientifique.

Inventrice du GPS
C'est en accompagnant dans son travail son premier mari, un Autrichien fasciste et fabricant d'armes, qu'elle se forme scientifiquement. Lors de la Seconde Guerre mondiale, en décembre 1940, Hedy Lamarr rencontre George Antheil. Il est impressionné non seulement par sa beauté mais aussi par sa remarquable intelligence. Compositeur avant-gardiste de musique atonale et auteur du ballet mécanique, tous deux antinazis, ils conçoivent un système secret et révolutionnaire de radioguidage des torpilles qui permet au système émetteur-récepteur de la torpille de changer de fréquence, rendant pratiquement impossible la détection de l'attaque sous-marine par l'ennemi. Il s'agit d'un principe de transmission toujours utilisé pour le positionnement par satellite (GPS...), les liaisons cryptées militaires, les communications des navettes spatiales avec le sol et la téléphonie mobile. Les techniques d'étalement de spectre dites « techniques de Lamarr » sont des méthodes de transmission de signal sur ondes hertziennes. Cette invention a d'abord été classée « secret-défense » et seule la marine américaine la développera. Ce procédé a également été utilisé dans la crise des missiles de Cuba en 1962 et pendant la guerre du Vietnam. Lorsque le brevet sera déclassifié, le dispositif sera également utilisé par les constructeurs de matériel de transmission, en particulier depuis les années 1980. Elle sera distinguée beaucoup plus tard, quand le secret-défense a été levé sur son invention.
Hedy Lamarr mènera de front ses deux carrières d'actrice et de scientifique, mais finira sa vie recluse, ne gardant qu'un téléphone pour seul lien avec le monde extérieur. Elle décède le 19 juillet 2000 en Floride à l'âge de 85 ans, et restera à l'origine d'une invention scientifique dont profite aujourd'hui la quasi-totalité de l'humanité.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!