Dernières Infos

Droits de l'Homme : les barreaux européens priment un avocat émirati emprisonné

AFP
27/05/2017

Mohammed al-Roken, avocat émirati emprisonné depuis 2012 pour complot contre le régime, a été désigné samedi à Rome lauréat 2017 du prix Ludovic-Trarieux des droits de l'Homme, du nom de celui qui a fondé la Ligue des Droits de l'Homme en 1898.

Depuis 20 ans, M. Roken s'est consacré à la défense des libertés fondamentales "en soulignant leur universalité et indivisibilité, et pour cela il a été condamné à 10 ans de prison et à l'interdiction d'exercer sa profession d'avocat", a annoncé le jury du prix dans un communiqué.

Le prix, doté de 20.000 euros et décerné par des représentants de plusieurs barreaux européens, récompense chaque année un avocat ayant illustré "par son oeuvre, son activité ou ses souffrances, la défense du respect des droits de l'Homme".

Ancien président de l'Association des juristes des Émirats arabes unis, M. Roken, 54 ans, a été arrêté en juillet 2012, alors qu'il assurait la défense d'opposants aux Emirats arabes unis, dont sept islamistes. Comparaissant en 2013 au côté de 69 personnes, il a été condamné en 2013 à 15 ans de prison après avoir été reconnu coupable de "complot" pour renverser le régime.
Il s'agissait d'"un simulacre de procès collectif à huis clos", a dénoncé le jury du prix, réclamant sa libération immédiate.

Fondé en 1984 par un avocat français, le prix international Ludovic-Trarieux avait été attribué l'an dernier à Wang Yu, une avocate chinoise ayant défendu de membres du mouvement religieux banni Falun gong, arrêtée en 2015 pour subversion. Quelques mois plus tard, une télévision de Hong Kong proche du pouvoir de Pékin avait annoncé sa libération sous caution et diffusé une interview où elle disait refuser le prix, dans une déclaration que beaucoup à l'étranger avaient jugée contrainte et forcée.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué