Dernières Infos

La police britannique se dit "obligée" d'arrêter Assange s'il sort de l'ambassade

AFP
19/05/2017

La police britannique s'est dite "obligée" vendredi d'arrêter Julian Assange s'il sort de l'ambassade d'Equateur à Londres où il est réfugié depuis près de 5 ans, suite à l'abandon des poursuites pour viol à son encontre en Suède, mais pour un "délit bien mineur".

"Maintenant que les autorités suédoises ont abandonné leur enquête, M. Assange reste recherché pour un délit bien moins sérieux. La police londonienne fournira des moyens proportionnés à ce délit", indique un communiqué. Assange avait violé en 2012 les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni.

Le fondateur de Wikileaks risque une peine allant de la simple amende jusqu'à un an de prison pour ces faits. Visé par un mandat d'arrêt européen, Julian Assange avait trouvé refuge à l'ambassade d'Equateur à Londres le 19 juin 2012 et n'en est plus ressorti depuis.

Au départ, des policiers britanniques étaient postés en permanence devant l'ambassade. En octobre 2015, Scotland Yard a arrêté la surveillance physique 24h/24, critiquée pour son coût, pour la remplacer par d'autres mesures de contrôle. L'affaire Assange a connu vendredi un rebondissement spectaculaire avec l'abandon en Suède des poursuites pour viol contre lui.

L'Australien, qui s'est toujours défendu des accusations de viol, dénonçait une manoeuvre pour le faire extrader vers les États-Unis, où il risque d'être poursuivi pour la publication de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

Interrogé par l'AFP sur une possible extradition du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, un porte-parole du Crown Prosecution Service britannique s'est borné à déclarer que "le gouvernement britannique ne confirme ni ne dément une demande d'extradition jusqu'à une éventuelle arrestation ait lieu".

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.