X

Moyen Orient et Monde

Trump exhorte la Russie à contenir le régime Assad et l’Iran

Syrie
OLJ
11/05/2017

Donald Trump a exhorté hier la Russie à « contenir » le régime syrien et l'Iran et à collaborer pour mettre fin à la guerre, dans un climat tendu entre les deux grandes puissances.
M. Trump a reçu à la Maison-Blanche le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, une première rencontre exceptionnelle pour le président américain avec un haut responsable russe, venu chercher le soutien de Washington à un projet de Moscou destiné à faire baisser le niveau des violences en Syrie.
Après une « très, très bonne rencontre » dans le bureau Ovale, selon Donald Trump, ce dernier a pressé son invité de faire en sorte que Moscou « contienne » ses alliés : les forces du président syrien Bachar el-Assad, Téhéran et tous les groupes qu'il soutient.
Le milliardaire républicain, qui milite depuis longtemps pour un rapprochement avec la Russie, a « souligné la nécessité de travailler ensemble pour mettre un terme au conflit en Syrie », selon l'exécutif américain.
Le 4 mai à Astana, la Russie, la Turquie et l'Iran ont paraphé une proposition russe, entrée en vigueur samedi en Syrie, qui prévoit quatre « zones de désescalade », doublées de « zones de sécurité » avec postes de contrôle et centres de surveillance tenus par les forces de pays garants et éventuellement par « d'autres parties ».
Les États-Unis, qui n'étaient qu'observateurs dans la capitale kazakhe, avaient accueilli ce projet avec la plus grande prudence.

« Prêts à coopérer »
Après avoir vu Donald Trump et le secrétaire d'État Rex Tillerson, « nous sommes prêts à coopérer (sur la question des zones de désescalade) et nous avons abordé des voies concrètes que nous pouvons gérer ensemble », s'est félicité M. Lavrov devant la presse. Il a vanté une « compréhension commune » entre « acteurs du processus de règlement syrien ». De son côté, M. Tillerson a salué « la poursuite de notre dialogue et de nos échanges ».
Les deux ministres des puissances nucléaires aux relations exécrables depuis 2012 ont « discuté de l'importance de vaincre (le groupe) État islamique, de la désescalade de la violence en Syrie et de s'assurer que l'aide humanitaire parvienne à des centaines de milliers de civils dans le pays », selon le département d'État.
MM. Tillerson et Lavrov ont également « réaffirmé leur soutien au processus de Genève conduit par l'ONU », des négociations politiques indirectes entre le régime syrien et l'opposition.
Le patron de la diplomatie russe, qui avait déjà vu deux fois en trois mois son nouvel homologue américain, n'était pas revenu à Washington depuis août 2013. À l'époque, il s'agissait déjà, avec le secrétaire d'État d'alors John Kerry, de tenter d'arrêter la guerre en Syrie. À la fin de la présidence de Barack Obama (2009-2017), les États-Unis s'étaient même progressivement mis en retrait du processus diplomatique et avaient laissé la Russie prendre la main.

Autres conflits
Les anciens adversaires de la guerre froide, aux liens particulièrement tendus sous l'ère Obama, avaient reconnu récemment que sous l'administration Trump, les relations n'ont jamais été aussi mauvaises. M. Lavrov a de nouveau déploré qu'elles soient tombées à un « niveau bas », tout en se félicitant que M. Trump soit favorable à des relations « pragmatiques » et « mutuellement bénéfiques ».
Les deux ministres ont aussi évoqué l'Ukraine, un conflit qui empoisonne également les relations depuis 2014, Rex Tillerson insistant « sur la nécessité d'avancer pour l'application complète des accords de Minsk ». « Les sanctions contre la Russie resteront en vigueur jusqu'à ce que Moscou revienne sur les actions qui les ont déclenchées », a martelé le département d'État, en allusion au conflit dans l'est de l'Ukraine et à l'annexion de la Crimée.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Réformes : selon Kanaan, le moment est propice pour passer aux actes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.