X

Campus

À la NDU, une armée de jeunes volontaires tendent la main aux prisonniers

SOLIDARITÉ

Pâques, cette année, aura un goût moins amer pour les détenus dans le besoin et leurs familles.

14/04/2017

Le campus de la NDU à Louaizé s'est transformé, le lundi 10 avril, en une dynamique ruche. Les yeux brillant de motivation, les mains s'activant avec entrain, des étudiants, des employés, des membres du conseil administratif, des professeurs à la NDU, mais également des figures publiques, des représentants du Collège Notre-Dame de Louaizé et des membres des associations Children of Mary, Ave Maria et Youth of Mary forment une chaîne humaine, solidaire et enthousiaste. À partir du point de départ, une sorte de cœur formé par les dons qu'ils ont collectés dans le cadre de la campagne « Unchain my heart », lancée le 29 mars par le département de service communautaire et de sensibilisation de la NDU, la chaîne s'étire tel un long chapelet. Les vêtements, chaussures, jouets et livres passent de main en main pour atterrir dans une camionnette qui les livrera à l'association Nusroto, dédiée à l'aide aux prisonniers. Cette organisation fondée par le père Marwan Ghanem, ancien aumônier général des prisons au Liban, distribuera les dons aux prisonniers dans le besoin parmi les 6 000 détenus que l'on compte aujourd'hui dans les 21 prisons libanaises.

Donner sans rien attendre en retour
Cette initiative n'est pas une première à la NDU. « L'idée de cette campagne est née au moment où le département de service communautaire et de sensibilisation de la NDU envisageait une collaboration avec l'association Nusroto afin d'assurer des stages dans les prisons pour ses étudiants en psychologie, dans le cadre du programme de l'apprentissage par le service communautaire qui adapte les spécialisations des étudiants aux besoins de la société », explique Majed Abou Hadir, responsable du département de service communautaire et de sensibilisation de la NDU. « La campagne ''Unchain my heart'' est lancée pendant le carême, période durant laquelle nos pensées vont plus fort vers les prisonniers, indépendamment de leur nationalité et de leur confession », poursuit-il. En raison de la courte durée de cette campagne, deux semaines, les responsables de l'opération ont demandé l'aide des deux autres campus de la NDU ainsi que du Collège Notre-Dame de Louaizé et de différentes organisations afin de collecter le plus grand nombre de dons.
Ce qui caractérise cette initiative, selon le père Ghanem, est le fait que les jeunes se soient mobilisés pour aider des personnes qu'ils ne connaissent pas, sans rien attendre en retour, même pas un merci. « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement, a dit Jésus à ses disciples. Lui seul peut leur rendre ce merci », assure-t-il. Et de poursuivre : « On n'a pas à s'inquiéter pour l'avenir de jeunes qui offrent du fond de leur cœur et qui se donnent eux-mêmes, le pays est sain en leur présence. »

Un bonheur durable
« Main dans la main, nous avons formé cette chaîne afin de semer les graines de la joie, de l'espoir et de l'amour dans le cœur des prisonniers en difficulté », assure Joya Saadian, étudiante en stylisme. Ses yeux étincelant d'enthousiasme, la jeune fille qui a participé en tant que volontaire à l'organisation de cette campagne assure que « la plupart des étudiants de la NDU ont participé à la collecte des dons avant de les répartir selon l'âge et le sexe des personnes qui pourront en bénéficier ». « Donner est un plaisir durable. À travers cette campagne, nous avons essayé de combattre l'indifférence, de sortir de l'individualisme et de contribuer à rendre d'autres âmes plus gaies, ce qui augmente notre bonheur », assure Joya, qui confie éprouver un sentiment « indescriptible » de fierté et de joie. Émilio Moussa va encore plus loin : « L'union de nos efforts a mené à la réussite de cette initiative, puisque la vraie charité est celle qui jaillit du cœur avec amour. » Cette action sociale confère, selon l'étudiant en gestion des affaires internationales, une satisfaction personnelle en cette période de fêtes. « En tant qu'étudiants à la NDU, nous sommes habitués à participer à de telles actions caritatives. Notre université ne nous offre pas uniquement un riche cursus académique, mais nous donne aussi l'opportunité de nous intégrer de plus en plus dans la communauté », assure le jeune homme qui appelle les autres universités à procéder à l'organisation de tels événements afin que les jeunes Libanais puissent aider le plus grand nombre de personnes démunies.
Cette ambition existe déjà dans les plans du département de service communautaire et de sensibilisation de la NDU. « Nous aspirons à créer une chaîne avec les autres universités pour montrer que nous sommes un seul corps au service de la société », confirme M. Abou Hadir. Et de conclure : « La mission de la NDU consiste au développement holistique de ses étudiants aux niveaux académique, humanitaire et spirituel. Nos étudiants sont des ambassadeurs, non seulement de savoir, mais de charité aussi. »

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!