X

Nos Lecteurs ont la Parole

De Tripoli à Saïda, sauvons le tourisme

par Antoine SABBAGHA
OLJ
30/03/2017

À 85 kilomètres de Beyrouth, Tripoli, capitale du Liban-Nord, bâtie pourtant sur l'emplacement d'une importante cité phénicienne qui a joué un grand rôle au IVe siècle avant Jésus-Christ, agonise. Alors que Beyrouth a perdu une bonne partie de son tissu urbain traditionnel, Tripoli a conservé, elle au moins, ses souks, ses hammams et ses mosquées. Mais la cité moderne ressemble actuellement à une cité fantôme : des raffineries désaffectées depuis plus de trente ans, un stade olympique qui n'a été utilisé qu'une fois, ainsi que l'aéroport de Qleïate, qui n'a jamais pu être terminé. Ajoutez à cela des îlots-marinas délaissés, et le terrain de golf de Beddaoui relégué aux oubliettes, mais aussi un grand nombre de monuments historiques négligés. Les nostalgiques se demandent : qu'a-t-on fait des réalisations de Rachid Karamé, qui s'est lancé dans un pari courageux dans les années 1960 pour bâtir la Foire internationale, cet immense complexe en bordure des nouveaux quartiers dans lequel se regroupaient un parc des expositions, des salles de congrès et de concerts, et diverses attractions ultramodernes ?
Carrément plus au sud, la citadelle de Saïda ne se porte pas mieux. Cette ville a été pourtant l'une des plus célèbres cités-États de Phénicie. Mais malheureusement, de nombreux éléments de son passé demeurent un mystère aujourd'hui, en raison des multiples pillages et saccages dont elle a été victime au cours des temps. Enfin, le plus choquant pour les touristes qui veulent visiter la citadelle, c'est qu'ils payent de trois à cinq mille livres libanaises l'entrée, alors que le coupon officiel n'affiche que mille livres libanaises...
Vraiment honteux !

 

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Quand finira-t-on de ces chabihas ??

Le Faucon Pèlerin

Le billet d'entrée est à mille livres, mais des chabbihas vous font payer entre 3000 et 5000 livres, si cela ne vous plait pas, allez paver la mer !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué