Dernières Infos

Le journaliste germano-turc détenu en Turquie se tourne vers la justice

AFP
29/03/2017

Les avocats de Deniz Yücel, le correspondant germano-turc du quotidien Die Welt emprisonné en Turquie depuis un mois et accusé d'espionnage, ont déposé lundi un recours devant le Tribunal constitutionnel turc, a annoncé Die Welt mercredi.

Ils réclament la libération de leur client en invoquant notamment "son droit à une procédure équitable", au "respect de la présomption d'innocence", à la "protection contre la diffamation", à la "liberté de communication" ainsi qu'à la "liberté d'expression".

Le Tribunal constitutionnel est la "dernière instance nationale" devant laquelle M. Yücel peut contester son incarcération, mais les chances de succès de son recours apparaissent "incertaines", estime Die Welt.

Depuis le putsch raté du 15 juillet dernier visant le pouvoir turc, suivi de vastes purges qui ont frappé l'opposition, la justice et la presse, la haute juridiction "ne s'est pas prononcée sur la moindre demande de levée d'une détention provisoire", explique le quotidien qui emploie M. Yücel.

Le journaliste germano-turc a été placé en détention provisoire le 27 février dernier pour propagande "terroriste" et incitation à la haine, avant d'être qualifié par le président turc Recep Tayyip Erdogan de séparatiste kurde et d'"agent allemand".
"C'est aberrant", avait réagi le ministère allemand des Affaires étrangères, dans une affaire qui avait encore terni les relations germano-turques, émaillées de conflits sur de multiples fronts depuis l'été dernier.

Deniz Yücel s'était rendu à la police le 14 février à Istanbul, selon Die Welt, car il était recherché pour ses articles sur le piratage de la messagerie électronique de Berat Albayrak, ministre de l'Energie et gendre de M. Erdogan. Les courriels piratés, rendus publics en septembre, ont dévoilé des pressions politiques du gouvernement turc sur des médias et des stratégies de manipulation de l'opinion sur les réseaux sociaux.

Les dirigeants turcs accusent régulièrement les autorités allemandes de "soutenir le terrorisme", en offrant refuge à des militants de la cause kurde et à des suspects recherchés pour le coup d'Etat du 15 juillet.
Les relations entre Berlin et Ankara se sont également dégradées en mars après l'annulation de meetings favorables à M. Erdogan par plusieurs villes allemandes. Le chef de l'Etat turc avait alors accusé la chancelière Angela Merkel de "pratiques nazies".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tractations gouvernementales : retour à la case départ

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants