Dernières Infos

Sommet arabe : Berry critique la lettre des anciens dirigeants libanais et ses signataires

liban
OLJ
29/03/2017

Le président de la Chambre, Nabih Berry, a critiqué mercredi lors sa réunion hebdomadaire avec des députés, les anciens présidents de la République Michel Sleiman et Amine Gemayel, ainsi que les ex-Premiers ministres Tammam Salam, Nagib Mikati et Fouad Siniora, qui ont adressé lundi une lettre au secrétariat général de la Ligue arabe.

Cette démarche des cinq responsables, qui prend le contre-pied de la position officielle libanaise telle qu'exprimée par le président Michel Aoun, est intervenue avant même l'arrivée en Jordanie de la délégation, formée notamment de M. Aoun et du chef du gouvernement, Saad Hariri.

"Les signataires de la lettre ne boycottent pas le président et le voient plus que nous, a affirmé M. Berry. Alors quelle est l'utilité de montrer une telle image du Liban ? " Et de poursuivre : "Ici la forme est liée au fond, et nous rejetons la forme (de cette initiative)".

Si les signataires de la lettre n'ont pas voulu révéler son contenu, "pour ne pas provoquer de tollé dans les milieux politiques", selon les termes d'un proche de l'un des signataires, des sources bien informées ont indiqué hier à L'Orient-Le Jour que le message met l'accent sur l'importance du respect de l'accord de Taëf, du renforcement des structures du vivre-ensemble libanais et du rejet des armes illégales. Les anciens présidents et Premiers ministres réitèrent en outre leur soutien à la déclaration de Baabda (11 juin 2012) qui stipule la distanciation du Liban par rapport aux axes régionaux. Ils renouvellent aussi l'attachement à l'unanimité et à l'identité arabe, ainsi qu'aux résolutions du Conseil de sécurité portant sur le Liban.

M. Berry a par ailleurs rappelé, en réponse à une question des députés, que 13 déclarations finales de sommets arabes précédents ont souligné l'importance du triptyque armée-peuple-résistance et évoqué la libération du Liban-Sud. "Mais certains semblent ignorer ce qui s'est passé au Liban-Sud durant les années 78, 82, 93, 96, 99, 2000, et 2006 et ce qu'ont provoqué les agressions israéliennes comme dégâts et le nombre de victimes qu'elles ont engendrées", a dénoncé M. Berry.

Enfin, le chef du législatif a prévenu qu'il ne reste plus beaucoup de temps pour parvenir à un accord sur une loi électorale. "On ne peut pas continuer de cette façon, le gouvernement devrait faire face à cette crise", a-t-il déclaré.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants