Rechercher
Rechercher

Culture

Génération Orient II : #5 Salim Azzam, Storyteller, 26 ans

Salim Azzam.

Tous les week-ends, qu'il pleuve ou qu'il vente, Salim Azzam prend la route du Chouf pour rejoindre son village, Bater, et ses habitants qu'il aime tant. Une heure trente de trajet pour se replonger dans cette vie simple de cultivateur au gré des saisons qu'il a menée, enfant, auprès de sa mère au long voile blanc, Najwa, et de ses frère et sœurs. C'est de cet univers rural et chaleureux que ce jeune homme aux faux airs de Harry Potter oriental avec ses lunettes rondes est parti, un jour, à l'assaut de la ville. Et de sa vie.

Beyrouth, d'abord, « où j'ai débarqué en véritable doueik pour entamer mes études de design graphique à l'UL », s'autoraille-t-il avec le recul. Puis Edmonton au Canada, où il s'envole pour décrocher son Master à l'Université d'Alberta. C'est là qu'il a été initié au design à portée sociale. Et qu'il a découvert un graphisme ne se bornant pas à la promotion des marques et des produits commerciaux, mais pouvant aussi véhiculer des valeurs et des responsabilités.
Lire la suite

 

Salim Azzam est, après Carlo Massoud, Farid Chéhab, Cynthia Merhej et Ayla Hibri, le cinquième « soldat » de la deuxième édition de Génération Orient, un vaste projet de résistance culturelle lancé, le 17 mai 2016, par « L'Orient-Le Jour » en partenariat avec la Société générale de banque au Liban (SGBL). Génération Orient est uniquement axé sur deux postulats incontournables et indiscutables : la jeunesse et l'art. Parce que plus que tous les autres, ces deux moteurs peuvent assurer la renaissance et la sérénité du Liban.

Retrouvez ici la première édition de Génération Orient

 


Tous les week-ends, qu'il pleuve ou qu'il vente, Salim Azzam prend la route du Chouf pour rejoindre son village, Bater, et ses habitants qu'il aime tant. Une heure trente de trajet pour se replonger dans cette vie simple de cultivateur au gré des saisons qu'il a menée, enfant, auprès de sa mère au long voile blanc, Najwa, et de ses frère et sœurs. C'est de cet univers rural et...

commentaires (0)

Commentaires (0)