X

Nos Lecteurs ont la Parole

« J’ai fait un rêve... »

par Ronald BARAKAT
OLJ
21/03/2017

(Martin Luther KING, Jr.)

J'ai fait un beau rêve, en ce 14 mars 2017. J'assistais à une cérémonie au BIEL. L'amphithéâtre était bondé de citoyens arborant le drapeau national. Quelques rares drapeaux partisans s'agitaient désespérément, ici et là. Contrairement au protocole en vigueur depuis le 14 mars 2006, la première rangée était occupée par les figures martyres du 14 mars (Rafic Hariri et ses compagnons, et le long cortège qui a suivi). Les fameux « ténors » du 14 Mars ont préféré, cette fois-ci, s'installer derrière, et même en arrière, par humilité. C'étaient les citoyens non embrigadés qui occupaient l'espace privilégié et qui envahissaient les lieux. Ils étaient heureux et fiers, en cette année, après des illusions et des déceptions en série. Ils sentaient que cette fois la vérité serait au rendez-vous, que le mensonge ne serait plus qu'un mauvais songe.
Après l'hymne national, un présentateur, indépendant et inconnu, sorti du milieu de l'assistance, est monté à la tribune pour, d'abord, adresser à tous les Libanais, au nom de la Coalition du 14 Mars, les félicitations pour l'élection démocratique d'un président de la République et la désignation d'un Premier ministre issus des rangs du 14 Mars, tout à fait indépendants, redevables au seul peuple, grâce à des législatives ayant conduit à une majorité souverainiste confortable à la Chambre, et ce sur base d'une loi électorale juste et représentative. Le deuxième échelon du pouvoir, à savoir la présidence de la Chambre, était exclu de la « course », étant devenu du « domaine privé ». En effet, à l'impossible nul n'est tenu (même en rêve). Après des applaudissements nourris (plutôt que des tirs), le présentateur a exposé ce qui a été accompli, et non ce qui devrait l'être. Pour une fois, on nous servait des promesses remplies, et non des promesses creuses, à remplir. Exceptionnellement cette année, on nous a déroulé l'évolution de la révolution du Cèdre, et non sa stagnation (avant son éclatement). Cette fois-ci, on n'entendait aucune complainte, aucune harangue, aucun mea culpa sur la tribune. Aucun « tribun » n'est venu nous bercer et nous berner. Après un exposé des réalisations majeures, couronné d'ovations, un officier est monté sur l'estrade pour nous dévoiler, en toute transparence, les résultats des enquêtes sur l'assassinat des figures présentes au premier rang et – surprise de cette année – les binettes d'assassins et leurs commanditaires ont été affichées sur l'écran géant, « croquées » derrière des barreaux, devant la mine réjouie des martyrs et l'ébahissement de l'assemblée fondue en larmes de joie et d'émotions. L'ambiance était littéralement électrisée de la lumière faite sur les crimes, et non d'obscurs serments et sermons.
Puis le présentateur a dirigé son regard vers le cèdre d'un drapeau national géant, planté au-dessus de l'écran, pour nous montrer qu'aucune de ses « branches » n'était désormais armée, qu'il était (re)devenu entièrement souverain, que ses longs « bras », enfin libérés, s'étalaient largement pour embrasser la nation entière et abriter tous ses fils de son parasol assaini et affermi, que son tronc était le seul pilier de protection, lui-même désormais protégé contre la vermine parasite de la corruption, que ses racines étaient profondément ancrées dans un sol enrichi d'engrais purement libanais.
Puis je fus tiré du rêve... par le Cauchemar.

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

assassine pour sur.
ceux derriere l'assissinat des quelques martyrs de notre printemps ont bien reussi leur coup :
en effet nous ne pouvons pas esperer que ceux qui sont restes en vie vont exaucer nos voeux .
Certainement pas.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR QU,UN TEL REVE SE REALISE IL FAUT QU,IL Y AIT APPARTENANCE NATIONALE DIVINE !

Yves Prevost

Un beau rêve ... assassiné!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

« La modération » de Saad Hariri et « l’extrémisme » de ses rivaux

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.