Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Société de conseil de Fillon : l'homme d'affaires libanais Makhzoumi répond à l'article de Médiapart

L'homme d'affaires libanais Fouad Makhzoumi, qui dirige l'entreprise de vente de pipelines aux monarchies du Golfe, FPI (Future Pipe Industries), a apporté vendredi des précisions en réaction à un article publié par Médiapart dans lequel il est rapporté que l'entreprise de M. Makhzoumi a fait appel aux services de la société de conseil de François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle française.

Mardi, Médiapart publiait un article intitulé "Le milliardaire libanais qui embarrasse Fillon". Dans cet article, le site révèle que François Fillon aurait signé, début 2016, à quelques mois de la primaire et alors qu'il était déjà candidat des Républicains, un contrat avec Fouad Makhzoumi, via sa société 2F Conseil. Une information confirmée par Myriam Lévy, la conseillère en communication de François Fillon, précise Le Monde, qui rapporte également l'information. Cet article avait également été relayé par une partie de la presse libanaise, dont L'Orient-Le Jour.

"La société FPI, dont le conseil d'administration est dirigé par Fouad Makhzoumi, a eu recours à l'entreprise 2F Conseil, et ce pour une durée d'un an, à partir du 10 juin 2015. Ce contrat n'a pas été renouvelé trois mois avant son expiration, comme le stipule l'accord. La société (FPI) a réglé en deux versements les honoraires prévus à 2F dans le contrat", peut-on lire dans le communiqué de M. Makhzoumi.

Le milliardaire libanais rappelle que son amitié avec M. Fillon remonte à trois ans, et précise que le candidat des Républicains avait répondu présent à un dîner qu'il lui avait offert lors d'un séjour au Liban fin 2014. "M. Makhzoumi est réputé pour son refus de dissimuler ses amitiés", conclut le communiqué.

Médiapart s'interroge sur la nature du contrat signé entre les deux hommes: François Fillon "a-t-il empoché des fonds de la part de FPI sur la base du contrat signé au début de l'année 2016 ? Et à quelle hauteur ?" se demande le média d'information en ligne.

Le Monde s'interroge, lui, sur la possibilité d'un éventuel conflit d'intérêts.

Cette question des conflits d'intérêts s'est déjà posée au début de la campagne, alors que la société de conseils de M. Fillon, créée en juin 2012, a compté parmi ses clients l'assureur Axa, de 2012 à 2016, pour un montant de 200 000 euros. Saisi par des députés de la majorité (gauche), le déontologue de l'Assemblée, Ferdinand Mélin-Soucramanien, a néanmoins estimé en février dernier que les activités de François Fillon au sein de 2F Conseil n'avaient rien d'illégal.

 

Lire aussi
L'avocat franco-libanais Robert Bourgi est l'"ami" qui a offert deux costumes à Fillon


L'homme d'affaires libanais Fouad Makhzoumi, qui dirige l'entreprise de vente de pipelines aux monarchies du Golfe, FPI (Future Pipe Industries), a apporté vendredi des précisions en réaction à un article publié par Médiapart dans lequel il est rapporté que l'entreprise de M. Makhzoumi a fait appel aux services de la société de conseil de François Fillon, candidat de la droite à la...