X

Moyen Orient et Monde

L’EI prépare un repli sur la vallée de l’Euphrate

Conflit

Selon un responsable américain, le groupe aurait perdu la moitié de son territoire.

OLJ
09/03/2017

Le groupe État Islamique prévoit de se replier sur la vallée de l'Euphrate après la perte de Mossoul (Irak) et Raqqa (Syrie), selon un responsable de la Défense américain hier.
« Je ne pense pas que (les jihadistes) aient renoncé » à tenir des territoires dans le cadre d'un « califat », a indiqué ce responsable à des journalistes. « Ils font des plans pour continuer à fonctionner comme un pseudo-État centré sur la vallée de l'Euphrate », à l'est de la Syrie et à l'ouest de l'Irak, après la chute de Mossoul et de Raqqa, a indiqué ce responsable. Pour les militaires américains, le groupe État islamique est sévèrement affaibli après plus de deux ans et demi de campagne militaire internationale contre eux. La victoire des forces irakiennes à Mossoul ne fait pas de doute, même si des combats meurtriers sont encore à redouter. Et Raqqa, la capitale de facto du « califat » des jihadistes, est désormais largement isolée du reste des territoires jihadistes, selon eux. Mais les jihadistes ne veulent pas encore se transformer en mouvement de guérilla extrémiste et veulent continuer à détenir et gérer des territoires, même après la chute de Raqqa et Mossoul. Selon le renseignement américain, les dirigeants de l'EI ont commencé à quitter Raqqa vers des endroits plus sûrs, plus en aval dans la vallée de l'Euphrate. Ils sont « probablement » en train de réorganiser leur administration en « noyaux résilients ou redondants », pour pouvoir continuer à fonctionner en dépit des coups de boutoir de la coalition, a estimé le responsable américain.
Selon ce dernier, les jihadistes ont perdu « 65 % du terrain » qu'ils contrôlaient à leur expansion maximum en 2014. Le Pentagone estime qu'ils ne disposent plus désormais qu'au maximum de 15 000 hommes. Les jihadistes en compteraient ainsi « 2 500 dans l'ouest de Mossoul et la ville voisine de Tal Afar » en Irak, « un millier » dans la poche de Hawija, en Irak également, « 3 000 à 4 000 » à Raqqa en Syrie, selon le responsable. Au total, « près de la moitié des combattants » dont disposait le groupe État islamique à son apogée ont été tués, selon le responsable de la Défense.
Par ailleurs, deux personnes ont été tuées hier dans des frappes sur Douma, le bastion rebelle de la Ghouta orientale, à l'est de Damas, malgré l'annonce la veille d'un cessez-le-feu local par la Russie, selon Rami Abdel Rahmane, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). « Des avions russes ou syriens » ont également visé la ville d'Arbine, tandis que des tirs d'artillerie ont frappé Harasta, faisant une vingtaine de blessés dans cette région rebelle, selon la même source. « Ce sont les premières frappes aériennes » depuis que l'armée russe a annoncé mardi qu'un cessez-le-feu avait été décrété jusqu'au 20 mars dans la Ghouta orientale, a précisé M. Abdel Rahmane.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.