Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Syrie: l'OIAC enquête sur 8 attaques chimiques présumées depuis janvier

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) enquête sur huit attaques présumées au gaz toxique commises en Syrie depuis le début de l'année, selon un rapport publié vendredi.

Dans ce document présenté au Conseil de sécurité des Nations unies, son directeur général, Ahmet Uzumcu, écrit que "huit cas d'utilisation présumée d'armes chimiques ont été recensés depuis début 2017 et sont actuellement analysés".
Il ne précise pas où ces attaques sont supposées avoir eu lieu.

Des missions d'enquête sont déjà en cours à Alep (nord) et dans ses environs, ainsi qu'autour de Homs et de Hama (ouest), dans la région de Damas (sud-ouest) et à Idlib (nord-ouest), explique le rapport envoyé au Conseil lundi.

Le gouvernement syrien a demandé de son côté à l'OIAC d'enquêter sur quatre attaques à l'arme chimique qui auraient eu lieu dans la région d'Alep entre septembre et novembre 2016, selon le rapport. La Russie a fourni des échantillons concernant ces cas, qui seront analysés par les laboratoires de l'OIAC.

Mandatée par l'Onu, l'OIAC est chargée d'enquêter sur de telles allégations en Syrie depuis que le gouvernement de Bachar el-Assad a ratifié la Convention sur l'interdiction des armes chimiques en 2013.
Une mission d'enquête de l'Onu et de l'OIAC a déjà déterminé que le régime syrien avait mené au moins trois attaques au chlore en 2014 et 2015.

La Russie et la Chine ont bloqué mardi au Conseil de sécurité une résolution proposée par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, qui aurait imposé des sanctions aux responsables de ces attaques.
Les enquêteurs ont également déterminé que les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) avaient eux aussi utilisé du gaz moutarde en 2015.

Les experts de l'OIAC attendent encore de pouvoir inspecter le Centre syrien d'études scientifiques et de recherche, qui chapeaute le programme d'armes chimiques du pays, après plusieurs reports, souligne le rapport.
Ce centre, souvent désigné par son acronyme CERS, figurait sur la liste noire des sanctions de l'Onu, bloquées par le double veto de la Russie et de la Chine cette semaine.
Le gouvernement syrien dément avoir utilisé des armes chimiques dans une guerre qui a déjà fait 310.000 morts depuis mars 2011.


L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) enquête sur huit attaques présumées au gaz toxique commises en Syrie depuis le début de l'année, selon un rapport publié vendredi.
Dans ce document présenté au Conseil de sécurité des Nations unies, son directeur général, Ahmet Uzumcu, écrit que "huit cas d'utilisation présumée d'armes chimiques ont été recensés...