Carlo Massoud

Ce qu'en dit le professeur - Nasser Nakib

OLJ
21/01/2017

Un ami commun n'avait de cesse de nous faire rencontrer. Je ne savais pas à quoi m'attendre, un Libanais au prénom italien ou espagnol. Autour d'un verre suspendu à ses longs doigts d'artiste, je faisais la connaissance de mon premier cow-boy libanais. Nous étions devenus inséparables et le jour où, dans mon bureau d'études à New York, un emploi vacant cherchait preneur, pour moi il n'y avait pas l'ombre d'un doute : c'est lui que j'allais choisir. Carlo n'a pas tardé à s'intégrer parfaitement. À New York, tout le monde l'avait adopté : collègues de travail, clients, voisins et amis. Il était devenu le Carlo de tout le monde.
Carlo est un artiste passionné qui s'investit sans limites. Maladroit dans le dessin sur ordinateur, il maîtrise parfaitement la lecture des plans en 3 D, cherchant toujours à se dépasser. Rien ne l'arrête, et plus le projet est compliqué, plus il est curieux de trouver une solution. Battant et déterminé, il aborde les obstacles pour mieux se surpasser. De la photographie à la céramique, de l'architecture à l'artisanat, il embrasse tous les arts avec élégance et maîtrise. Pour moi, il est l'artiste de la Renaissance. Quand je serai grand, c'est à lui que je voudrais ressembler, ce cow-boy de la Renaissance...

Nasser Nakib est architecte.

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.