Liban

Lettre ouverte des familles des victimes de disparition forcée au chef de l’État

Droits de l’homme
OLJ
08/11/2016

Le comité des parents des disparus et le comité des parents des détenus libanais en Syrie ont adressé hier une lettre ouverte au président de la République, Michel Aoun, appelant le gouvernement à « chercher nos proches (...) parce que nous réclamons que la vérité soit faite sur leur sort ».
« En écoutant votre discours d'investiture et celui que vous avez adressé dimanche aux Libanais venus à Baabda vous présenter leurs vœux, il a été clair que ce régime brandit haut l'étendard de l'État et du peuple et qu'il accordera une importance particulière à édifier l'État, d'une part et, d'autre part, à parer aux crises socio-économiques pour assurer que les Libanais puissent vivre décemment dans un pays qui préserve leur sécurité et leur dignité », a poursuivi Wadad Halaouani, se prononçant au nom des familles des détenus et des disparus.
« Nous ne sommes pas membres du Courant patriotique libre, ni d'aucun autre parti ou courant, a ajouté Wadad Halaouani. Nous nous sommes formés en tant que communauté de ce peuple qui reflète sa pluralité et ses confessions. »
Rappelant que le drame de ces familles dure depuis le début de la guerre, c'est-à-dire depuis près de quarante et un ans, elle a souligné que ce qui complique ce dossier reste « le manque de volonté politique des régimes et des gouvernements qui se sont succédé après la fin de la guerre », mais aussi « l'implication de plusieurs parties dans ces rapts et disparitions ». « En tant que deux comités représentant les familles de ces victimes, nous n'avons jamais distingué entre les victimes de disparition forcée et les disparus, puisque le sort des unes ou des autres de ces personnes est inconnu », a précisé Wadad Halaouani.
Notant que ces familles se sont toujours adressées à l'État et continueront de le faire, elle a affirmé que le règlement de ce dossier constitue une « planche de salut pour la renaissance de notre État ». Et d'appeler Michel Aoun à accorder une priorité absolue à ce dossier.
Wadad Halaouani a conclu en adressant une pensée au porte-parole de Solide (Soutien aux Libanais en détention et en exil), Ghazi Aad, « qui aurait dû signer lui aussi cette lettre », mais qui a été incapable de le faire, vu son grave état de santé.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

George Khoury

arretez de tracasser michel aoun avec vos demandes futiles et inutiles! il a mieux a faire ces temps ci. il a 3 filles et 3 gendres a caser dans l'etat

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants