X

L'Orient-Le Jour au Salon du livre francophone de Beyrouth 2016

À quoi sert encore l’art au Liban

Samedi 5 novembre à 19h, amphithéâtre Gibran - Biel

OLJ
31/10/2016

L'art sert-il encore à quelque chose au Liban ? Oui ? Alors comment faire pour que cette fameuse résilience des Libanais ne finisse pas en résignation ? Non ? Alors qu'est-ce qu'on attend pour lancer notre printemps culturel ? Peut-être ? Des questions, des ébauches de réponses, un débat avec les visiteurs du Salon, et une certitude : au Liban, la résistance sera culturelle, ou ne sera pas.

A noter qu'une exposition sur le thème de la « Résistance Culturelle » aura lieu au stand de L'Orient-Le Jour du 4 au 13 novembre.

 

Intervenants :

Rony Arayji est membre du Barreau de Beyrouth depuis 1990, ministre de la Culture depuis 2014 - gouvernement du Premier Ministre Tamam Salam - et conseiller du ministre Sleiman Frangieh.
M. Arayji est membre fondateur du Mouvement Marada (1998) et actuellement membre de son bureau politique ; coordinateur des Affaires Etrangères du Mouvement.

 

Nayla de Freige est la présidente du Festival International de Baalbeck depuis 2011, après avoir été membre du Comité exécutif - depuis 1998 - d'abord chargée de communication, puis vice-présidente.
Administrateur délégué du quotidien « L'Orient- Le Jour », depuis 2001.
PDG de la revue mensuelle économique « Le Commerce du Levant », depuis 2000.

 

Karim Ghattas a fondé Liban Jazz en 2004 et depuis organisé et produit + de 200 concerts au Liban, en Syrie, en France, à Dubai et ailleurs. Parmi les artistes qui sont devenus des amis de Liban Jazz au fil des années : Dhafer Youssef, Anouar Brahem, Le Trio Joubran, Archie Shepp, Thindersticks, Keziah Jones, Michel Portal, Anthony Joseph, Rokia Traoré, Bachar Mar Khalife et bien d'autres qui reflètent une programmation très libre de ses choix et ouverte sur les cultures et musiques du monde. Liban Jazz est devenu une référence dans le paysage culturel libanais et régional (Moyen-Orient). A venir dans le cadre de Liban Jazz: HINDI ZAHRA en concert au MusicHall le 16 novembre 2016.

 

 

Basée à Beyrouth, la conservatrice Christine Tohmé est la directrice fondatrice de l'Association libanaise pour les arts plastiques, Ashkal Alwan, fondée en 1993. Ashkal Alwan est une organisation à but non lucratif qui soutient l'art contemporain à travers de nombreuses initiatives y compris une plate-forme multidisciplinaire.
Home Works: Un forum sur les pratiques culturelles lancé par Christine Tohmé en 2001. D'autres initiatives comprennent Video Works, une plate-forme de projection de films et de subvention qui soutient le développement, la production et la diffusion de projets d'artistes et de cinéastes résidants au Liban, créée en 2006 et Home Workspace, un programme d'études interdisciplinaires sans frais de scolarité fondé en 2011.
Christine Tohmé a été récipiendaire du Prix « Prince Claus Award » en 2006, décerné en reconnaissance de ses réussites dans le soutien de la production de l'art multidisciplinaire et de la critique d'art, ainsi que le prix « 2015 CCS Bard Audrey Irmas Award » pour son travail de curateur d'exposition.
Elle est membre du conseil d'administration de Marsa, à Beyrouth, un centre de santé offrant des services médicaux spécialisés pour les jeunes à risque et les communautés marginalisées, et SAHA à Istanbul, une association soutenant l'art contemporain en Turquie.

 

Rita Hayek est diplômée de l'Institut National des Beaux-Arts de l'Université Libanaise. Elle a également participé aux ateliers de l'académie Stella Adler Studio of Acting à Los Angeles en Californie. Elle a fait ses débuts à l'écran en 2006 et ses débuts sur scène au Festival International de Byblos, en 2011, dans Don Quichotte, une pièce mise en scène par les Frères Rahbani. Cette pièce a été suivie d'une autre, « Ka3eb 3ale », une adaptation de « Spike heels» de Theresa Rebeck, dirigée par Jacques Maroun et réalisée par « The Actors Workshop Beirut ». Mais le véritable point tournant de sa carrière a été Vénus, une adaptation de « Venus in Fur », une pièce de Broadway, de David Yves. La première de Venus a eu lieu en mars 2015 au Théâtre Monot à Beyrouth et a été jouée jusqu'en avril 2016. Elle a récemment joué la pièce « Vénus » à Paris au Théâtre Adyar Avenue Rapp. Rita Hayek a repris le tournage de son premier long-métrage en août 2016 avec le directeur Ziad Doueiry (West Beirut-Baron Noir)

 

 

Ziyad Makhoul, co-rédacteur en chef à L'Orient-Le Jour

 

 

Confirmez votre participation ici

 

 

 

À la une

Retour au dossier "L'Orient-Le Jour au Salon du livre francophone de Beyrouth 2016"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué